Rubrique « Surveillance & sécurité » (85 résultats)

Pour ceux et celles qu'i l'ignorent, l'usage des drones est désormais autorisé dans les villes aux USA, pour le moment en tant que moyen d'observation et de dissuasion (et d'espionnage ?), mais l'étape suivante consistant à les armer a déà été évoquée par la police et le gouvernement, et semble faire partie du programme !
 
La prochaine génération de drones militaires, dévoilée par un fabricant américain de premier plan, sera non seulement capable d'emporter un nombre limité de missiles mais pourra également être équipée d'un laser ultra-léger, capable d'anéantir plusieurs cibles à la vitesse de la lumière.

« Cela nous donnerait un chargeur illimité », a confié au magazine Time une personne proche du programme HELLADS (High Energy Liquid Laser Area Defense System)
 
Au cours des quatre de...

En projet depuis 2010, et plus récemment, traité dans un article du veilleur en juillet 2012, la police de Los Angeles avait pour objectif de faire baisser la criminalité en utilisant un logiciel baptisé « predictive policing » ou « predpol » qui prétendait localiser en temps réel les zones où le risque d'infraction est le plus élevé. Ce logiciel semble être désormais en fonction dans certaines villes.
 
Si le but est louable, les pires dérapages sont à craindre dans l'avenir ! Que se passera il par la suite si le logiciel est estimé fiable ? Pouvons nous un jour craindre que le scénario du film « minority report » devienne réalité, et que des personnes soient inculpées avant même d'avoir commis une infraction ?
 
Le veilleur

Santa Cruz, en Californie, août 2012. Il est 12 h 30. Un polic...

Nom de code : « Stellar wind » (vent stellaire). Ce nom de code désigne le plus vaste projet d'espionnage jamais réalisé par un état. Sortie prévue à l'été 2013, aux Etats-Unis. Bien mal partis nos amis américains à en juger par le remarquable article de James Bamford dans Wired (cf. www.wired.com : « The NSA is building the country's biggest spy center - watch what you say » - 15 mars 2012).

Rongé jusqu'à l'absurde par son obsession sécuritaire, l'exécutif yankee est en train de fignoler, avec l'aval sournois du Congrès, les derniers détails de ce qui pourrait bien constituer l'une des ultimes étapes avant la mise du pays sous un régime totalitaire digne d'Orwell (lien), n'ayant plus grand chose à envier à celui de l'ex-Allemagne de l'Est ; la technologie en plus.

L'acte final se joue ...

Dénoncé depuis des mois par les médias alternatif, ce qui apparaissait pour certains comme un « canular », et par d'autres de « cas isolé », est en train de prendre de l'ampleur et ainsi supprimer notre perspective de pouvoir garder un relatif anonymat. Sous le pretexte de systèmes de paiement plus pratiques, ne vous y trompez pas, nos chers dirigeants n'ont qu'un seul but, celui de tous nous ficher et ainsi connaitre toutes nos habitudes, achats, déplacements, enfin bref... Vous ne serez plus jamais vraiment « seuls » !
 
Ceux et celles qui dépendent de l'aide sociale, du salaire minimum garanti par l'État, devront très bientôt se soumettre à ce type d'identification dans à peu près tous les pays du monde. Notez que l'Inde procède, depuis quelques mois, au recensement biométrique de sa p...

Symantec a constaté des éléments étranges au sein d'un malware qui semblait viser particulièrement l'Iran. Il est conçu pour saboter les bases de données SQL.
 
Le 15 novembre dernier, Symantec indiquait avoir découvert un malware appelé W32.Narilam et le classait à faible risque. Mais dans un article écrit par Shunichi Imano, spécialiste sécurité chez l'éditeur, il constate que ce ver touche majoritairement l'Iran et de manière plus marginale les États-Unis et l'Europe.
 
Fait intéressant, les actions de Narilam ont certaines similitudes avec Stuxnet, un autre malware visant l'Iran et plus particulièrement les capacités d'enrichissement d'uranium. Il se diffuse à travers les disques amovibles et le partage de fichiers en réseau, précise le spécialiste. Une fois sur la machine, il recherche...