Rubrique « Science » (57 résultats)

Dans un documentaire diffusé ce vendredi soir à 22h20, Arte fait le point sur des recherches très récentes menées sur l'influence du ventre sur le cerveau. Le ventre, notre deuxième cerveau, c'est le titre de ce documentaire de Cécile Denjean, aussi instructif que captivant.

Nous allons voir cependant, que si de fantastiques avancées dans le domaine de la santé sont à espérer, de sombres dérives peuvent voir le jour si cette découverte est utilisée à d'autres fins...

« Les scientifiques se sont aperçus qu'il existait quantité de neurones dans notre ventre, à peu près autant que dans le cortex d'un chat ou d'un chien. Ils s'occupent, entre autres, de notre digestion. S'il n'avait disposé que d'un seul cerveau, celui « du haut », l'être humain aurait été absorbé en permanence par ce proce...

Avec l'innocence qui les caractérise encore, les enfants dédaignent ce qui leur paraît contraire à leurs aspirations naturelles. Celle-là, les partisans de la théorie du genre ne l'avaient vraiment pas vue venir.
 
On croyait la France mise sur les rails qui l'emmèneraient droit vers l'indifférenciation, mais c'était sans compter la réaction des premiers concernés : les enfants. En effet, suite au rapport sur les stéréotypes filles-garçons remis à Najat Vallaud-Belkacem ce mercredi 15 janvier, L'Express a ouvert un débat sur son site : « Comment protégez-vous vos enfants contre le stéréotype fille-garçon ? »
 
Passée la drôlerie dramatique de l'intitulé (l'usage du verbe « protéger » qui aurait laissé présager une discussion sur la pédophilie ou les maladies orphelines, et qui nous renvoie...

Au fil des nouvelles découvertes, les institutions scientifiques astronomiques se heurtent désormais aux limites imposées par des lois régissant la physique et l'univers, lois qu'ils ont eux-mêmes créées. Mais une fois de plus, au lieu de prendre le recul nécéssaire afin de ré-évaluer la situation et au risque de bouleverser les connaissances et dogmes établis, ils s'évertuent à fonder de nouvelles théories afin de tenter désespérement d'expliquer les énigmes de plus en plus nombreuses qu'ils rencontrent.
 
Le problême, c'est que ces nouvelles théories sont de plus en plus farfelues, et que, fautes de preuves tangibles et mesurables pouvant les étayer, elles apportent de nouvelles questions sans vraiment répondre aux précédentes. De son coté, Jean Pierre Petit, scientifique de renommée mo...

Un groupe de chercheurs russes est revenu des rives du lac mongol Khyargas Nuur. Ils ont essayé de découvrir d'où venaient les traces qui apparaissent régulièrement sur les rives du lac. Elles pourraient appartenir à un grand reptile.
 
Les grandes traces sur les rives du lac Khyargas Nuur ont été découvertes au milieu des années 1980 lorsque des membres d'une expédition géologique soviético-mongole dirigée par Viktor Iarmoliouk s'étaient arrêtées là pour se reposer. Les années suivantes, les géologues y ont encore fait une halte à plusieurs reprises. Des zoologues y sont allés aussi. À chaque fois, les scientifiques ont vu des groupes de traces relativement fraîches, s'étalant à plus d'un kilomètre et demi de l'eau, comme si un reptile était sorti de l'eau et était resté un bon moment su...

Certains pourront m'accuser d'affubler cet article d'un titre plutôt « agressif », mais le constat est la : à quelques exceptions près, les hauts dirigeants et hommes de pouvoir du monde s'octroient des privilèges et avantages, modifient les droits constitutionnels au gré de leurs besoins et interêts, et au mépris total du peuple qu'ils sont censés représenter ! Le veilleur
 
Les neuroscientifiques ont trouvé des preuves suggérant qu'avoir du pouvoir altère la partie de notre cerveau qui aide à l'empathie. Ainsi, même la plus petite dose de puissance peut changer une personne. Quelqu'un obtient une promotion ou un peu de gloire et puis, tout à coup, il est moins sympathique avec les personnes qui sont moins influentes. D'où cela vient-il ?
 
Certains l'expliquent  par le fait que les person...