Rubrique « Santé » (153 résultats)


Le fluor est un poison. Il n'a pas sa place dans le métabolisme humain, animal ou végétal. Il détruit les os et les dents, et fait des ravages dans toutes les structures du corps. Le fluor est l'un des éléments les plus répandus dans les remèdes pharmaceutiques, mais aussi dans les produits de consommation de notre quotidien.
 
La société de consommation actuelle ainsi que la médecine moderne à base de médicaments comptent sur le fluor. Les premiers symptômes d'intoxication ne sont en général pas reconnus, car ils sont ressentis communément. Il peut s'agir d'une salivation excessive, de nausées, vomissements, diarrhée et douleurs abdominales. On doit se demander combien de gens pensent avoir la grippe alors qu'ils souffrent en réalité d'un empoisonnement au fluor.
 
Ces symptômes sont insid...

Quatre mille médicaments expertisés, leur efficacité, leurs risques et leur coût évalués ; des conseils pour prescrire ; l'historique des plus graves accidents thérapeutiques ; le point sur les grandes pathologies, les découvertes majeures et les impasses de la recherche contemporaine :

Ce guide de 900 pages est bel et bien une avancée spectaculaire en matière d'ouvrages mis à disposition des médecins et des malades. C'est aussi le travail d'expertise critique et indépendant qui manquait, celui qu'aurait dû produire depuis longtemps la défunte Afssaps en charge de la sécurité sanitaire.
 
Réalisé à partir d'une base de données - 20.000 références de recherches internationales - consultable à l'Institut Necker, cet ouvrage se veut un contre-pouvoir à la vox pharmacia et à son inflation de f...

Un étrange phénomène lié à un vaccin et observé au début de la pandémie de grippe de 2009 pourrait bien être vrai, suggère une nouvelle étude...
 
Des chercheurs canadiens ont constaté, dans les premières semaines de la pandémie, que les gens ayant reçu un vaccin antigrippal pour l'hiver 2008-2009 semblaient plus à risque d'être infectés par la nouvelle maladie que ceux n'ayant pas été immunisés.
 
Cinq études effectuées dans plusieurs provinces ont donné les mêmes résultats surprenants. Au départ, cependant, d'autres études similaires menées hors du pays n'ont pas produit les mêmes effets, et le tout a été classé comme le « problème canadien ».
 
L'annonce des étranges découvertes est survenue au moment où les pays d'Amérique du Nord et certaines régions de l'Europe s'apprêtaient à entamer l...

Le cas d'Alan Smith est particulièrement exemplaire parce qu'il démontre tout simplement que les atteintes continuelles au pluralisme thérapeutique un peu partout dans le monde coûtent des vies au jour le jour.
 
Alan Smith ne doit ainsi sa vie qu'à l'insistance de sa propre famille qui a pu ainsi infléchir l'obstination incompréhensible du personnel soignant de l'hôpital où il était, qui ne voulait tout simplement PAS lui administrer de la vitamine C intraveineuse, en dépit d'évidences scientifiques très solides de son utilité!
 
Alan Smith est un fermier néo-zélandais qui était atteint de grippe (porcine), d'une pneumonie avancée, d'une leucémie et d'un scorbut (déficience ultime en vitamine C). Il saignait du nez, de la bouche et des intestins. Son état (coma) était jugé désespéré et les...

Dans la torpeur estivale, 20.000 habitants de Bolbec et Gruchet-le-Valasse en Seine-Maritime ont appris qu'ils consommaient probablement depuis des années une eau trop chargée en résidus de médicaments. Une information pas si étonnante...
 
Le polluant retrouvé dans l'eau de Seine et Marne - la N-Nitrosomorpholine - est classé comme « cancérigène probable », ce qui signifie que sa dangerosité a été constatée sur des animaux par le Centre International de recherche contre le Cancer.
 
On sait aussi, que ce produit - comme de nombreux polluants - ne fait pas partie des substances habituellement contrôlées : il a été repéré dans le cadre d'un plan de mesures sur les polluants émergents réalisés par l'Anses. En réalité, si on systématisait les contrôles à proximité des usines pharmaceutiques, o...