Rubrique « Politique » (153 résultats)

Les lobbyistes ont décidément du soucis à se faire, après les interdictions d'importation d'OGM (Monsanto) de certains pays, dont récemment la Russie, c'est au tour de l'industrie pharmaceutique d'être délaissée par des pays qui affichent clairement leur politique antimondialiste.
 
C'est ainsi que la Bolivie et Cuba ont décidé conjointement de glisser une magnifique quenelle à Big pharma et sa mafia pharmaceutique en se passant désormais de leurs « services » ! Un grand bravo à eux, en espérant que cela inspire d'autres pays à s'émanciper d'une industrie parasite dont l'unique but est le profit, et ce au détriment de la santé. Le veilleur
 
Le président Evo Morales et son homologue de Cuba, Raúl Castro, se sont donc mis d'accord pour fabriquer des médicaments dans la nation andine et cesse...

Selon une dépêche AFP relayée sur le Parisien, Kiev et les Occidentaux ne cachent pas leur crainte de voir se reproduire un scénario similaire à celui qui a abouti en mars au rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie après un référendum.
 
Ils ont à ce propos annoncé que le vote ne sera pas surveillé par des « observateurs internationaux » et que le résultat sera donc pour le moins contestable, ajoutant qu'ils le jugeront illégal et ne tiendront pas compte du résultat. Ils ont toutefois exclu toute intervention armée en soutien à l'intégrité de l'Ukraine, qui n'est pas membre de l'OTAN.
 
Seule la Russie est donc susceptible de reconnaître l'indépendance des deux républiques populaires, et peut-être d'y envoyer des troupes si les rebelles le demandent. Une sécession de ...

Alors que nous venons de prendre la mesure de la première riposte russe aux sanctions économiques occidentales prônées par les Etats-Unis et l'Union Européenne dans le cadre de la crise ukrainienne, il est utile de connaitre les dessous de ces sanctions, leurs implications, et bien évidemment, leurs répercussions.
 
La « presstituée » brandit à tour de bras ces menaces de sanctions économiques dans leurs torchons propagandistes, mais à aucun moment ils ne révèlent la vérité sur l'ampleur considérable et parfois insoupçonnée de ce qui est censé être une « punition » destinée à un pays qui ne fait que défendre ses propres intérêts. Dans leur entêtement illusoire de vouloir nuire à la Russie dans un processus d'isolement géo-politique, Les Etats-Unis, ainsi que les pays vassaux d'Europe, son...

En réponse aux nouvelles menaces de « sanctions » occidentales, le Sénat russe prépare actuellement un projet de loi prévoyant la confiscation des avoirs de sociétés européennes et américaines implantées en Russie en cas de sanctions occidentales à l'encontre de Moscou.
 
Le côté comico-ironique de la situation, et Poutine doit bien en rire, serait donc la « Chypriotisation » des avoirs bancaires occidentaux si ces derniers s'entêtaient à vouloir appliquer à tout prix leur ridicule politique de sanctions à l'encontre de l'économie Russe ! Nous pouvons parier sur le fait que le concept de « l'arroseur arrosé » risque de fortement déplaire à Obama et aux représentants de l'Union Européenne ;-) Le veilleur
 
Le Conseil de la Fédération, chambre haute du Parlement russe, a annoncé le 5 mars tra...

Notre brave Obama a décidé aujourd'hui au nom des États-Unis d'imposer de nouvelles sanctions à la Russie, en ciblant sept responsables russes ainsi qu'à 17 entreprises de l'entourage proche du président Vladimir Poutine, et ce en représailles à ce qu'il qualifie d'« actes de provocation » en Ukraine, on croit rêver !
 
Selon la presse américaine (New York Times), la Maison Blanche envisage de frapper de sanctions les patrons des groupes pétrogaziers russes Rosneft et Gazprom [1], Igor Setchine et Alexeï Miller, des proches du président Poutine. A ce stade, deux déductions peuvent être faites : Soit Obama est un crétin fini, soit il est décidé à pousser Poutine à fermer les vannes du gaz russe pour forcer l'Europe à accepter le gaz de schiste américain.
 
En plus de ces attaques aux groupes...