Rubrique « Economie » (140 résultats)

Alors que l'on pouvait le croire "réservé" aux pays dits du "tiers monde", le Fonds monétaire international (FMI) a fait son entrée fracassante dans l'Union européenne avec la crise générale du capitalisme qui a commencé en 2007, d'abord avec les pays Baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), la Roumanie, la Hongrie, et maintenant la Grèce et le Portugal.

Avec l'arrivée de Dominique Strauss-Kahn aux commandes du FMI, nommé par Nicolas Sarkozy, on a voulu nous faire croire, notamment dans les milieux de "gauche", que l'institution allait être plus humaine, plus "social-démocrate", plus attachée aux questions sociales et au "développement durable". En un mot,qu'elle avait changé.

Les exemples en Europe, et particulièrement l'exemple de la Grèce, ont démontré qu'il n'en était rien et que le F...

La dette de l'Europe n'est qu'une partie de la crise globale. Les dettes japonaises ou américaines sont largement supérieures, mais les dettes privées des ménages et des entreprises sont encore très supérieures aux dettes publiques. La croissance du capital se construit sur toujours plus d'endettement, et donc plus de dettes. Cette logique d'endettement nous mène à une impasse économique et sociale.
 
C'est l'échec des politiques de relance conduites par les Etats pour protéger ce système dont le moteur est la course au profit privé du capital, ce système qui permet aux plus riches de s'enrichir indéfiniment aux dépends des peuples. La poursuite de ce modèle ne peut que nous mener vers une catastrophe annoncée. Ces dettes ne sont pas les nôtres, ce n'est donc pas à nous de les payer ni d'...

L'Islande vous en avez certainement entendu parler. Les informations qui circulent, particulièrement sur les réseaux sociaux, font rêver. Révolution, constitution, dette non remboursée et demain il fera même 25° toute l'année. Cet article étayé de plusieurs sources fait le point sur la situation.

Depuis que l'Islande a entrepris de réécrire sa constitution, de refuser de renflouer ses banques, ce petit pays de 320 000 habitants à fait le bonheur des attentistes révolutionnaire. Beaucoup de blogs ont repris l'information en affirmant que l'Islande prenait une nouvelle direction, totalement en opposition avec les carcans capitalistes habituels. Dans la presse classique, peu de choses à ce sujet. Qu'en est-il vraiment ?

donnéesPremier pays à avoir fait les frais de la folie des banquiers, en 2008...

Si une île comme Haïti disposait de centaines de millions de dollars sous forme d'actifs et qu'ils continuaient d'imprimer de l'argent pour une valeur supérieure aux actifs dont ils disposent pour le garantir. Alors, cet argent n'a pas de valeur. Si une petite île comme Sainte-Croix imprimait des billets et se rendait aux USA pour consommer, s'ils faisaient tourner la planche à billets jour et nuit, l'argent ne serait pas garanti, il n'aurait donc pas de valeur.

Votre système bancaire est corrompu dans son intégralité

Vos institutions de crédit ont gâché le système. Mais personne ne vous dit ce qui ne va pas dans un système qui semble donc normal à vos yeux. La dette nationale est devenue tellement importante qu'elle ne tient plus sur l'afficheur.

Systèmes en échec

Aucun des systèmes éc...

Et paf, seconde torgnole ! Près de 60% de «non» sans condition ! Après une première claque retentissante en mars 2010, nos volcaniques amis islandais ont réitéré par référendum, le samedi 9 avril, à la finance internationale et à leur gouvernement, leur refus de payer les pots cassés de la Grande Crise.

Ou plus précisément ceux de la brochette d'imprudents clients anglais et néerlandais lors de la faillite de la banque Icesave en 2008. La population islandaise persiste et signe : pas question d'éponger les pertes d'une banque privée avec des fonds publics.

Tête des dignitaires de la haute finance interlope devant l'affront fait à leur toute-puissance, tête de leurs zélés défenseurs (Fonds monétaire international), tête du gouvernement islandais de centre-gauche, sorte de PS local, qui...