Rubrique « Economie » (140 résultats)

Des banques qui achètent du pétrole et qui font tourner les bateaux inlassablement jusqu'à ce que le cout de l'or noir leur convienne pour la vente... Quoiqu'on en dise, cela remue pas mal du côté des banques en ce moment, et pas à leur avantage du tout...
 
Un rapport réalisé pour le G20 révèle que le prix du pétrole brut aurait pu être manipulé par les banques, les traders et les compagnies pétrolières. Comme cela a été le cas avec le Libor, taux de référence pour les prêts entre banques.
 
Nouveau scandale ?
 
Nouveau scandale pour les banques ? Après l'affaire du Libor (lire LIBOR : Le scandale financier du siècle), certains s'interrogent sur les établissements bancaires qui auraient pu également manipuler le prix de l'essence. C'est en tout cas ce qu'affirme un rapport préparé pour le G2...

Un nouveau scandale dans le monde de la finance et pas des moindres : la CITY manipule le taux d'intérêt qui conditionne au jour le jour la gestion d'une masse pharamineuse de capitaux, évaluée dans le monde (avec les produits financiers dérivés et toxiques qui  plombent à présent toutes les grandes banques dans le monde) au  chiffre astronomique de 350.000 milliards de Dollars ? trois cent  cinquante trillons de US $, soit environ 7 fois le PIB mondial !
 
« Le Libor, et son homologue basé à Bruxelles, l'Euribor (le taux interbancaire de référence sur le marché européen), qui est également la cible de manipulation bancaire, sont utilisés pour calculer le taux de prêts hypothécaires, de prêts étudiants et de cartes de crédit s'élevant à 10.000 milliards de dollars. Environ 90 pour cent de...

Le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos a déclaré mardi que la Finlande bloquait l'accord d'aide financière allant jusqu'à 100 milliards d'euros aux banques ibériques, en situation difficile en raison de la crise financière qui secoue le pays.     
 
« L'accord est pratiquement prêt, mais la Finlande le bloque, en réclamant à l'Espagne des garanties en échange de l'octroi d'un prêt », a dit le ministre lors d'une conférence de presse à Bruxelles.
 
Auparavant, le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a annoncé que l'Espagne recevrait fin juillet un premier versement de 30 milliards d'euros pour recapitaliser ses banques.
 
Quoi qu'il en soit, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) ne peut débloquer l'argent pour l'Espagne que si cette décision est adoptée à l'unan...

NEW YORK - Les banques américaines JPMorgan Chase et Goldman Sachs ont suspendu l'injection de nouvelles liquidités dans leurs fonds de marché monétaire européen à la suite de l'abaissement des taux de la Banque centrale européenne qui pèse sur les rendements de ces fonds.

« Nous avons appliqué certaines restrictions temporaires sur nos cinq fonds de marchés monétaires libellés en euros, pour protéger nos clients d'une plus ample dilution des rendements », a indiqué une porte-parole de JPMorgan Chase vendredi à l'AFP.

Ces fonds monétaires investissent dans des bons du Trésor ou des billets de Trésorerie, des placements jugés stables mais avec un rendement plus élevé que les simples dépôts, généralement destinés aux fonds de retraite des particuliers.

Une porte-parole de Goldman Sachs...

Par une déclaration fracassante - qui sera probablement cachée elle aussi à nos compatriotes par les médias à la botte des "euro-fascistes" -, la ministre finlandaise des Finances en personne, Mme Jutta Urpilainen, vient d'annoncer ce matin, dans le quotidien financier Kauppalehti, que :
 
« La Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

Et elle enfonce le clou :
 
« La responsabilité collective pour les dettes (...) et les risques d'autres pays n'est pas ce à quoi nous devons nous préparer. Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n'importe quelles conditions ».
 
La Finlande, qui est l'un des derniers pays de la zone euro à bénéficier d'une note d...