Rubrique « Archéologie » (40 résultats)

Un jeune garçon a récemment découvert par hasard, dans le nord de la Russie, la carcasse, exceptionnellement bien conservée dans le permafrost, d'un mammouth laineux.
 
C'est en se promenant près de chez lui, dans la région du Taïmyr (nord de la Russie), près de la station polaire de Sopkarga, que Evgueni Salindere, un garçon de 11 ans, a récemment fait une découverte de taille. Il a déniché en août dernier, congelé dans le permafrost, l'un des mammouths laineux les mieux conservés que l'on connaisse.

« Le garçon de 11 ans, Jénia (Evgueni, ndlr) Salinder se promenait avec son frère sur la rive haute du Ienisseï. Il a senti une odeur désagréable, a vu que dans la pente quelque chose dépassait : c'étaient les pattes du mammouth. Jénia l'a dit à son père, qui a aussitôt prévenu le directeur...

Une statue bouddhiste, apportée en Allemagne par une expédition nazie au Tibet, a été confirmée comme ayant une origine extraterrestre.
 
Connue comme « L'Iron Man », la sculpture de 24 cm de haut pourrait représenter le dieu Vaisravana (wiki) et a probablement été créée à partir d'un morceau de la météorite Chinga qui a s'est éparpillée dans la région frontalière entre la Russie et la Mongolie entre 10.000 et 20.000 ans, selon Elmar Buchner de l'Université de Stuttgart, et ses collègues.
 
Dans un article publié cette semaine (lien plus bas), les scientifiques détails l'analyse d'un échantillon de la statue qui est composée de fer, de nickel et de cobalt. Ils ont constaté que la géochimie de l'artéfact correspond aux valeurs connues à partir de fragments de la météorite Chinga (lien). La ...

Dans une récente interview sur coast to coast am, l'archeologue semir osmanagic a discute de son travail en tant que chercheur principal de la « vallee des pyramides bosniaques », un vaste complexe de pyramides uniques et sophistiquees qu'il a decouvert en avril 2005.
 
Selon osmanagic, les pyramides de bosnie sont « les structures les plus sophistiquees et les plus complexes jamais construites sur cette planete », et elles n'ont été découvertes que très récemment parce qu'elles étaient auparavant cachées sous 2-3 pieds (60 ? 90 cm) d'une terre qui date de près de 12.000 ans.
 
Depuis 2005, osmanagic et des dizaines d'employés à temps plein, de consultants et de bénévoles venant du monde entier ont passé environ 340.000 heures de fouilles à creuser, à effectuer des tests sur des échantill...

Les forages scientifiques dans l'épaisse glace de Wilkes Land, en Antarctique de l'Est (la partie faisant face à l'Australie) ont fourni les preuves de « la croissance de forêts tropicales caractérisées par des éléments floraux très divers de mésothermaux et de mégathermaux, y compris des palmiers et des bombacoideae (une sous-famille de l'arbre violet ou malva) », selon un article publié dans la revue scientifique Nature . Voici une autre description de la découverte.
 
L'aspect étonnant de cette histoire est que les preuves de ces palmiers anciens et mauves et d'autres flores quasi-tropicales ont été découvert par forage à travers les calottes glaciaires allant de 1,9 à 2,5 miles d'épaisseur (entre 3 et 4 kilomètres) !
 
C'est tout un contraste entre les climats ! Cet article publié dans ...

Vous vous souvenez peut-être de la possible découverte, mi-août, de pyramides dans le désert égyptien grâce à Google Earth (lien). De son bureau de Caroline du Nord, une archéologue américaine avait cru repérer deux sites dans le bassin du Nil, à 150 kilomètres l'un de l'autre, présentant des monticules de forme inhabituelle. L'un trois fois plus grand que le site de Gizeh, l'autre à la disposition semblable à ce même site.

Mais en fait, non. Paola Davoli, une égyptologue italienne de l'université de Salento qui a longtemps étudié la région, a écrit à NBC News (lien) pour expliquer que s'il y a peut-être quelques ruines dans ces zones, il ne s'agit pas de pyramides.

« Les sites visibles sur Google Earth sont bien connus depuis 1925, quand ils ont été étudiés par Gertrude Caton-Thompson ...