Rubrique « Agriculture » (38 résultats)

De temps en temps une bonne nouvelle ne fait pas de mal ! Cette bonne nouvelle est que le gouvernement a annoncé vendredi l'interdiction définitive du Cruiser OSR, un pesticide utilisé pour le colza, dont plusieurs études ont confirmé les effets néfastes sur les abeilles. Cette news fait suite à l'article précédent titrant "Le pesticide Cruiser interdit : son producteur saisit la justice" (lien).
 
Début juin, le ministère avait indiqué qu'il était favorable à cette interdiction à la suite d'un avis de l'Agence sanitaire pour l'alimentation et l'environnement (Anses), qui dénonçait l'impact néfaste sur les abeilles d'une des molécules actives du Cruiser, le thiaméthoxam.
 
Les arguments avancés par le groupe suisse Syngenta, fabricant du pesticide, lors d'une procédure contradictoire, n'ont...

Ca continue leurs manipulations des organismes vivants? Et toujours autant de morts de faim, ce qui démontre bien que ce n'est pas fait pour sauver le monde de la famine. Deux grosses pointures chez les semenciers, Dow AgroScience et Syngenta, ont annoncé le 17 mai 2012 avoir signé un accord de licence pour commercialiser du maïs à plusieurs évènements transgéniques.
 
En empilant leurs transgènes dans une même lignée, les deux entreprises annoncent vouloir commercialiser deux maïs. Le premier, nommé Agrisure 3220, est modifié pour exprimer les protéines Vip3A, Cry1Ab et Cry1F afin de tuer le ver de l'épi de maïs (Helicoverpa / Heliothis zea), la pyrale (Ostrinia nubilalis), le ver gris occidental du haricot (Loxagrotis albicosta Smith) et le ver gris (Agrotis ipsilon Hufnagel).
 
Il dispos...

Pas valable. Les experts européens ont décrété que l'argumentation de la France pour interdire la culture de cette céréale n'avait pas de fondement scientifique. L'UE pourrait ordonner à Paris de lever le moratoire.
 
Fraîchement arrivé au ministère de l'Agriculture, Stéphane Le Foll a rappelé ce mercredi sur LCI, être « contre les organismes génétiquement modifiés ». François Hollande avait déjà pris position avant l'élection pour le maintien du moratoire qui suspend la culture du maïs MON810. « Nous ferons tout pour le maintenir », a confirmé le nouveau ministre de l'Agriculture.
 
Deux jours plus tôt, la Commission européenne annonçait qu'elle pourrait ordonner à la France de lever l'interdiction visant les souches de maïs génétiquement modifiées du géant américain Monsanto. L'Union euro...

Le Président de la Section du Contentieux du Conseil d'Etat a rejeté le 19 mai en référé la demande de suspension de l'arrêté du Ministre de l'agriculture du 16 mars 2012, interdisant la culture du maïs OGM MON810. Cette demande était formulée par deux entreprises agricoles bien connues pour s'être déjà illustrées aux côtés de la Sté MONSANTO, lorsque le Conseil d'Etat a annulé en novembre 2011 le moratoire sur le maïs OGM MON 810.
 
Face au risque d'une nouvelle décision de justice dans le même sens, l'Union Nationale de l'Apiculture Française, les Amis de la Terre, la Confédération Paysanne, la Fédération Française d'apiculteurs Professionnels, la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique, France Nature Environnement, la Fédération Nature et Progrès et le Réseau Semences Paysannes s...

Jusqu'à récemment, s'il était obligatoire d'indiquer la présence d'Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) dans les produits alimentaires, rien n'obligeait les fabricants à spécifier si les animaux fournissant la viande, les produits laitiers ou les ?ufs étaient nourris aux OGM. En outre, la réglementation française interdisait les rares filières sans OGM à le mentionner sur leurs emballages. En ce sens, la parution au Journal Officiel du décret relatif à la nouvelle mention « sans OGM », le 31 janvier 2012, marque une réelle avancée. Pour l'association de protection des consommateurs Que Choisir, l'impuissance des consommateurs non informés à privilégier les produits sans OGM a largement favorisé le développement exponentiel du soja OGM au cours de la décennie passée. A l'heure actuell...