Et paf, seconde torgnole ! Près de 60% de «non» sans condition ! Après une première claque retentissante en mars 2010, nos volcaniques amis islandais ont réitéré par référendum, le samedi 9 avril, à la finance internationale et à leur gouvernement, leur refus de payer les pots cassés de la Grande Crise.

Ou plus précisément ceux de la brochette d'imprudents clients anglais et néerlandais lors de la faillite de la banque Icesave en 2008. La population islandaise persiste et signe : pas question d'éponger les pertes d'une banque privée avec des fonds publics.

Tête des dignitaires de la haute finance interlope devant l'affront fait à leur toute-puissance, tête de leurs zélés défenseurs (Fonds monétaire international), tête du gouvernement islandais de centre-gauche, sorte de PS local,...


L'expulsion sans ménagements [en anglais] par la police d'un centre social autogéré de Porto, le 19 avril, a déclenché une vague de solidarité au-delà des limites de l'ancien quartier ouvrier de Fontinha, à l'abandon depuis des lustres.

Après le déploiement de quinze véhicules de police avec agents anti-émeute masqués et armés pour fermer le centre (trois participants ont été arrêtés et cinq, blessés), vider l'école en détruisant tout le matériel dans le bâtiment (livres, ordinateurs et mobilier), et pour finir obturer portes et fenêtres avec des planches, environ 300 personnes sont descendues dans les rues à Porto, et plusieurs dizaines à Lisbonne.

L'événement a fait l'ouverture des journaux télévisés, et les médias sociaux ont débordé de réactions ; les mots-clics #Fontinha e...


C'est l'histoire d'un Basque qui, s'il ne fait pas trembler Facebook sur ses fondations, embarrasse fort le «réseau social» en ouvrant une brèche juridique dans la forteresse.

Sébastien R., juriste de formation, a ouvert sa page Facebook dès 2007. Il en a fait, jure-t-il par la voix de son avocat, Me Julien Claudel, un usage classique, apolitique. Or, en 2010, sa page est clôturée par les administrateurs, sans qu'aucune raison ne soit fournie à l'intéressé. Il aurait été «signalé» par un autre utilisateur, mais ne sait ni par qui ni, surtout, pourquoi.

Le banni de Facebook saisit le tribunal (précisément la juridiction de proximité de Bayonne) et, parallèlement, se rapproche de la Cnil, qui lui aurait indiqué une astuce pour se réinscrire. De fait, il ouvre une nouvelle page, laqu...


La police fédérale américaine va éteindre, en juillet, un réseau de serveurs informatiques, qui permettait à des ordinateurs infectés par un logiciel malveillant de se connecter à Internet.

Dans moins de trois mois, environ 300.000 internautes pourraient être privés de connexion à Internet, à cause d'un programme informatique malveillant qui a contaminé leur ordinateur, et que le FBI cherche à anéantir.

Le logiciel en question, découvert dès 2006, s'appelle «DNSChanger». Il a infecté au total jusqu'à 568.000 ordinateurs, aussi bien des PC que des Mac, dont il a modifié les réglages d'accès au Web, afin de rediriger les internautes vers des sites frauduleux.

En novembre dernier, le FBI a obtenu l'arrestation de six Estoniens, soupçonnés d'être à l'origine de ce programme....


Le «Round Up» est un produit mis au point par «Monsanto» Cette compagnie qui cherche à posséder tous les droits sur les semences est aussi à la source de plusieurs problèmes écologique et de problèmes de santé! Monsanto achète la vie, achète le droit de la modifier, et ensuite se donne le droit nuire à l'ordre de la nature et de nuire à tous c qui vit!

Au sujet du fameux «Round Up», il faut savoir que cet herbicide pénètre nos cellules et les éclatent. On retrouve désormais du «Round Up» dans nos rivières, dans nos terres, dans nos légumes et nos fruits ogm. La toxicité de ce produit induit des enzimes qui détruisent les cellules et qui perturbe la santé de tous ce qui vit !

L'HERBICIDE "ROUND UP" DE MONSANTO EST LIÉ À DES ANOMALIES CONGÉNITALES

Une grande étude scientifique récent...