Catégorie « Evènements sociaux » - Abus & dérives de notre société (1170 résultats)

L'expulsion sans ménagements [en anglais] par la police d'un centre social autogéré de Porto, le 19 avril, a déclenché une vague de solidarité au-delà des limites de l'ancien quartier ouvrier de Fontinha, à l'abandon depuis des lustres.

Après le déploiement de quinze véhicules de police avec agents anti-émeute masqués et armés pour fermer le centre (trois participants ont été arrêtés et cinq, blessés), vider l'école en détruisant tout le matériel dans le bâtiment (livres, ordinateurs et mobilier), et pour finir obturer portes et fenêtres avec des planches, environ 300 personnes sont descendues dans les rues à Porto, et plusieurs dizaines à Lisbonne.

L'événement a fait l'ouverture des journaux télévisés, et les médias sociaux ont débordé de réactions ; les mots-clics #Fontinha et #ocup...

C'est l'histoire d'un Basque qui, s'il ne fait pas trembler Facebook sur ses fondations, embarrasse fort le «réseau social» en ouvrant une brèche juridique dans la forteresse.

Sébastien R., juriste de formation, a ouvert sa page Facebook dès 2007. Il en a fait, jure-t-il par la voix de son avocat, Me Julien Claudel, un usage classique, apolitique. Or, en 2010, sa page est clôturée par les administrateurs, sans qu'aucune raison ne soit fournie à l'intéressé. Il aurait été «signalé» par un autre utilisateur, mais ne sait ni par qui ni, surtout, pourquoi.

Le banni de Facebook saisit le tribunal (précisément la juridiction de proximité de Bayonne) et, parallèlement, se rapproche de la Cnil, qui lui aurait indiqué une astuce pour se réinscrire. De fait, il ouvre une nouvelle page, laquelle e...

La police fédérale américaine va éteindre, en juillet, un réseau de serveurs informatiques, qui permettait à des ordinateurs infectés par un logiciel malveillant de se connecter à Internet.

Dans moins de trois mois, environ 300.000 internautes pourraient être privés de connexion à Internet, à cause d'un programme informatique malveillant qui a contaminé leur ordinateur, et que le FBI cherche à anéantir.

Le logiciel en question, découvert dès 2006, s'appelle «DNSChanger». Il a infecté au total jusqu'à 568.000 ordinateurs, aussi bien des PC que des Mac, dont il a modifié les réglages d'accès au Web, afin de rediriger les internautes vers des sites frauduleux.

En novembre dernier, le FBI a obtenu l'arrestation de six Estoniens, soupçonnés d'être à l'origine de ce programme. Un Rus...

Un nouveau groupe de hackers s'est fait connaître « officiellement » mercredi 11 avril. Proche des Anonymous, il prône des actions plus réfléchies et efficaces pour que l'année qui vient soit celle du « progrès ».

Dans un premier communiqué, un nouveau groupe de hackers, affilié à la nébuleuse Anonymous et baptisé Malicious Security, ou MalSec, a fait connaître son existence officielle et surtout sa ligne de conduite.

Là où celle des Anonymous est parfois difficile à comprendre car décentralisée et tentaculaire, les MalSec prennent du recul d'emblée et disent : « Pendant de nombreuses années, nous avons observé la proposition, le vote et l'adoption de plus en plus de lois anticonstitutionnelles. Nous avons observé la normalisation de la censure, de la désinformation et de la corruptio...

Le racisme d'Israël et d'Air France a éclaté en pleine lumière, dimanche, dans le cadre des opérations conjointes des services services secrets israéliens et de la compagnie aérienne pour empêcher des gens de se rendre en Palestine.

Il a ainsi été prouvé qu'il fallait se déclarer Juif et/ou être porteur d'un passeport israélien pour avoir le droit de voyager ! Une jeune passagère qui a répondu négativement à ces deux questions a ainsi été débarquée, alors qu'elle était déjà installée dans l'avion.

L'affaire, qui aura des suites judiciaires où AirFrance devra s'expliquer sur sa collusion avec le régime d'apartheid, a eu lieu à Nice, au départ du vol Air France AF4384 à 14h45 destination de Tel Aviv.

Comme dans d'autres aéroports, une trentaine de passagers se sont d'abord vu refuser d...