Catégorie « Etat de la planète » - La santé de notre belle terre (739 résultats)

Le champ magnétique terrestre a déjà baissé de 10%. L'humanité se trouve désormais confrontée à une menace plus importante que les séismes, les tsunamis et les tempêtes solaires...
 
La découverte par le rover Curiosity de preuves que l'eau a déjà coulé sur Mars, la planète la plus semblable à la Terre dans le système solaire, pourrait nous éclairer sur le sort que l'avenir réserve à l'humanité.
 
La seule chose qui empêche la Terre d'avoir un environnement sans vie comme Mars est le champ magnétique qui nous protège du rayonnement solaire mortel et permet à certains animaux de migrer, et il peut être beaucoup plus fragile et instable qu'on le pensait.
 
Les scientifiques affirment que le champ magnétique terrestre s'affaiblit et pourrait disparaître complètement en moins de 500 ans en précur...

Un grand merci une nouvelle fois à Folamour (Crashdebug.fr) pour son travail de traduction. Je lui avait fait part de cette info provenant de beforeitsnews, et il n'a pas hésité à se mettre à la tache pour que nous puissions en profiter. Comme il le cite dans son analyse, l'ère glaciaire n'est pas encore pour tout de suite, mais c'est inquiétant car cela s'ajoute à un ralentissement du Gulf Stream (wiki) déjà constaté auparavant.
 
Pour le moment, les implications et l'impact d'un tel phénomène restent encore très mal connus, et on ignore encore l'importance exacte des impacts du Gulf Stream sur le climat européen continental ou océanique, sans parler de celui sur l'environnement, la flore et la faune...
 
Lors d'une réunion avec des pêcheurs commerciaux de la Nouvelle Angleterre en décembr...

Une découverte d'importance pourtant passée totalement inaperçue dans l'actualité : des données qui ont été publiées la semaine dernière par le Met Office (lien), l'équivalent britannique de l'IRM, démontrent que le réchauffement climatique de la Terre a cessé il y a 16 ans, selon des données collectées sur plus de 3.000 points autour du globe.

Que vont donc maintenant devoir inventer la Ploutocratie et sa bande de technocrates pour justifier leurs taxes carbone, malus écologiques et autres arnaques de developpement durable ?
 
Vous n'en entendrez probablement parler ni dans les jolies pages « Planète » d'un journal Le Monde transi d'amour pour les thèses réchauffistes, ni dans celles consacrées à la Terre d'un Libération en phase terminale, ni même, soyons honnête, dans le reste d'une pre...

La Zone du Silence, en espagnol :  la « Zona del Silencio », est une zone désertique située au nord du Mexique au Bolsón de Mapimí (wiki), plus précisément au tripoint des États de Chihuahua, Durango et Coahuila. Elle se situe au carrefour de trois Etats mexicains, et est le siège de phénomènes qu'aucun scientifique ne parvient à ce jour à expliquer...
 
Elle a été remarquée la première fois dans les années 1930 par Francisco Sarabia (wiki), un pilote mexicain qui a prétendu que sa radio avait mystérieusement cessé de fonctionner lorsqu'il l'avait survolée. Par la suite, d'autres personnes auraient signalé une disparition des signaux radio et des « pannes de boussole » lors de la visite du secteur, qui attirerait de plus les météorites et susciterait divers problèmes mentaux chez les visi...

Un scientifique japonais a mis en garde la communauté affirmant que le Mont Fuji (wiki) est très proche d'une éruption majeure à grande échelle qui pourrait impliquer des millions de personnes et causer des milliards de dollars de dégâts.
 
Le mois dernier, une étude a montré que la chambre magmatique du volcan est soumis à une énorme pression qui pourrait déclencher une violente éruption volcanique. Selon les scientifiques, ce phénomène serait étroitement lié aux deux forts tremblements de terre qui ont frappé la zone l'an dernier.
 
Le Professeur Toshitsugu Fujii, directeur de l'Institut de géophysique et de vulcanologie au Japon, stipule qu'une éruption pourrait provoquer le chaos et le carnage sur Tokyo !
 
« Le Mont Fuji dort depuis environ 300 ans, ce qui n'augure rien de bon, parce qu...