Recherche du mot clé « tuerie » (17 résultats)


Après ma récente publication sur la tragédie survenue à Nice le soir du 14 juillet, celle-ci étant à mes yeux suffisamment complète et éloquente, je ne désirais pas revenir sur ce sujet, mais des éclaircissements importants découverts sur Le club des médecins blogueurs m’amène à penser que la thèse d’un déséquilibré mental se confirme.

Très loin de moi l’idée de déresponsabiliser cet ignoble personnage de ses actes, mais plutôt de mettre du plomb dans l’aile à la théorie officielle d’une « radicalisation expresse », ou encore d’un « djihad minute », et qui tente maladroitement de justifier des mesures inefficaces et couvrir la responsabilité de nos dirigeants. J’ai mentionné dans mon dernier article le témoignage d’un psychologue qui avait diagnostiqué en 2004 un début de psychose chez M...


Rester silencieux sur le drame de la soirée du 14 juillet a été un choix de ma part, car devant l'ampleur de cette tragédie et du cortège habituel de théories qui fusent de toutes parts en pareille circonstances, j'ai préféré attendre un peu que les choses s'éclaircissent. A cela vient s'ajouter le fait que ce soir la, ma compagne et moi aurions pu faire partie de la triste liste des victimes si notre répulsion envers les foules de touristes et la ville de Nice ne nous avaient dissuadés de nous y rendre...

« Tout mais pas Nice », c'est à peu près en ces termes qu'était envisagée une soirée en amoureux dans un restaurant pour l'évènement du feu d'artifice du 14 juillet. C'est à l'issue d'une très agréable soirée passée dans un établissement situé au port de saint Laurent du var, et aprè...


Voilà une nouvelle choc qui, si elle ne surprend pas plus que cela une bonne partie d'entre-vous, va probablement faire enrager les « Charlie » et sûrement bien plus encore les familles des victimes d'une tragédie qui aurait visiblement pu connaitre une issue différente, puisqu'au moment de la tuerie, il y avait 6 militaires postés devant le Bataclan.

Ce ne sont bien sûr pas nos militaires qui sont ici à blâmer, mais bien leurs supérieurs hiérarchiques et leur flagrant manque de réactivité (compétence ?), à moins que tout cela ne masque des volontés obscures en haut lieu, à l'instar de l'affaire Merah dans laquelle de nombreuses zones d'ombre persistent. Dans le même temps, les révélations faites sur les conditions de vie privilégiées de Salah Abdeslam en prison et de l'indignation de ...

La presse occidentale tient le jihadiste franco-algérien Mehdi Nemmouche pour responsable de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, le 24 mai 2014. Son arrestation a provoqué une vague d'islamophobie en Europe. Mais pour Thierry Meyssan, cette affaire n'a rien à voir ni avec l'antisémitisme, ni avec le terrorisme.
 
Mehdi Nemmouche travaille pour un service secret étatique et a exécuté deux agents israéliens. Loin de chercher à tirer un profit politique de l'inculpation de celui que l'on présente comme un terroriste revenu de Syrie, notre auteur s'interroge sur l'incorporation de jihadistes au sein des services atlantistes dans le cadre de la nouvelle stratégie militaire de Washington.
 
La réorientation de la stratégie militaire états-unienne laisse perplexe. Le 28 mai, le président Obama ...

Alors qu'il y a deux ans jour pour jour, l'affaire Merah était au coeur de l'actualité de notre pays, on a appris ce mardi par M6 qu'une information judiciaire avait été ouverte fin janvier à l'encontre de la DCRI pour « mise en danger délibérée de la vie d'autrui » et « non empêchement de crime ».
 
Cette enquête, menée par deux juges parisiens, fait suite aux plaintes déposée par la famille d'Abel Chennouf, militaire abattu par le tueur au scooter le 15 mars 2012 à Montauban. La famille reproche à la DCRI d'avoir sous-estimé la dangerosité de l'auteur de l'assassinat de trois militaires et quatre membres d'une école juive en mars 2012.
 
L'avocate de la famille Chenouf a déclaré :
 
« Nous voulons savoir qui a pris la décision d'arrêter la surveillance et le suivi de Merah alors que sa dang...