Recherche du mot clé « page-7 » (46 résultats)

Ce mercredi 17 avril 2013, le Canard enchaîné a publié de nouvelles révélations sur le contrat « OpenBar » entre Microsoft et le ministère de la Défense actuellement en cours de négociation. Révélées initialement par PC INpact le 5 février 2013, ces décisions, prises dans le plus grand secret et critiquées par le rapporteur de la Commission des marchés publics de l'État, seraient donc favorisées par l'OTAN.
 
L'April réitère ses demandes au Premier ministre qu'une vraie cure de désintoxication soit appliquée au ministère de la Défense. L'association s'inquiète des multiples dangers pour la sécurité nationale qu'un tel contrat peut représenter, ainsi que des risques de voir d'autres ministères lui emboîter le pas. Enfin, elle demande que toute la lumière soit faite sur les conditions de n...

L'entreprise française a voulu donner une bonne leçon à une poignée de militants, et à travers eux, au reste des écolos. Une stratégie « suicidaire ».
 
EDF s'incline face aux écolos. Après avoir réclamé près de 6 millions d'euros à des militants écologistes qui avaient campé au sommet de deux cheminées de la centrale de Nottinghamshire (propriété d'EDF - lien), en Angleterre, la compagnie renonce, sous les huées de l'opinion publique.
 
Personne ou presque n'avait eu vent de l'action des 21 activistes de No dash for gas (pas de ruée vers le gaz). C'était en octobre 2012 et tous les journalistes environnement avaient les yeux rivés sur l'ouragan Sandy. La menace d'une poursuite aura suffi à redonner aux militants une place parmi les gros titres, explique une militante :

« Le jour où on a f...

La multinationale américaine Monsanto menace de poursuivre en justice l'Autorité européenne de sécurité des aliments pour avoir publié les données utilisées pour rendre un avis favorable à l'autorisation de commercialisation de son maïs OGM NK603.
 
L'eurodéputée libérale Corinne Lepage, ancienne ministre de l'écologie, a dénoncé la volonté de Monsanto de « maintenir l'omerta sur les données brutes des OGM ».

« Cette transparence sur les données brutes est non seulement légitime mais également tout à fait légale, puisque [une loi européenne] exclut de la confidentialité les études touchant à l'impact sur la santé et l'environnement des OGM », a-t-elle souligné. « Cette volonté de transparence de la part de l'EFSA va dans la bonne direction et j'encourage l'EFSA et l'Europe à exiger la mi...

Comme nous en avions informé nos lecteurs, j'ai participé à un grand débat à la Faculté Droit-Économie-Gestion de l'Université de Rouen le 22 janvier dernier au soir, sur le thème « La france doit-elle sortir de l'ue ? ».
 
Ce grand débat contradictoire, où je suis intervenu à la tribune avec le doyen et trois membres du corps professoral, était ouvert au grand public, comme l'usage en est solidement établi, et comme les autres intervenants le savaient parfaitement. De même, ce débat a été filmé par une équipe de l'UPR, au vu et au su de tous les participants.
 
Comme nous l'avons également souligné, ce grand débat a suscité un engouement extraordinaire puisque, prévu pour avoir lieu dans l'Amphi 300 (capacité 300 personnes), il dut être transféré au dernier moment, ? à la demande des servi...

Comme si les fraudes n'existaient pas, la réglementation européenne autorise désormais toutes les dérives.
 
C'est une affaire dont la presse n'a pas fait ses choux gras. En décembre, la police italienne a démantelé un énorme trafic de faux produits bio. Les margoulins, soupçonnés d'être liés à la mafia, avaient trouvé la combine : acheter en Roumanie des céréales et des fruits secs bon marché, transformés en produits bio grâce à de faux documents, et revendus quatre fois plus cher à des grossistes qui n'y voyaient que du feu. Neuf pays européens, dont la France, ont profité de ces marchandises pleines de pesticides, dûment étiquetées « bio ».
 
Depuis cinq ans que durait le trafic, des milliers de tonnes de faux produits bio auraient ainsi été écoulées pour un paquet d'oseille, au moins 22...