Recherche du mot clé « traitements inhumains » (3 résultats)


Bien que le concept d'intelligence artificielle ait souvent été évoqué et mis en scène dans des contextes de films ou romans d'anticipation, il faut reconnaitre que de nos jours, la réalité est sur le point de dépasser la fiction.

La première et incontournable exigence technique pour prétendre développer une intelligence artificielle est la puissance de calcul, et sur ce point nous disposons déjà de super-calculateurs, mais il faut bien plus pour qu'un ordinateur soit capable d'apprendre par lui-même et prendre des décisions, comme le ferait un humain.

Ce « plus », vous en avez sûrement déjà entendu parler, c'est le fameux « ordinateur quantique ». Or, on nous annonçait en septembre de cette année que Google aurait fait des progrès significatifs dans le développement d'un calculateur ...

Au mois de mai dernier, un tribunal pour crimes de guerre, situé à Kuala Lumpur en Malaisie, a condamné l'ex-président George W. Bush, son vice-président Dick Cheney, et son secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, ainsi que cinq autres hauts responsables de l'administration US de l'époque, pour « crimes de guerre » en raison de leur rôle de décideurs dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan et dans les tortures et traitements inhumains pratiqués par les troupes US dans ces pays (lien).
 
A l'heure ou les « dossiers dérangeants » passent régulièrement à la trappe, il est réjouissant de voir que certaines personnes ne se laissent pas corrompre et continuent leur lutte pour la justice !
 
« Nous continuerons de poursuivre Bush et Blair pour crimes contre la paix, crimes de guerre et de tortur...

C'est sans doute une victoire plus symbolique qu'autre chose, et il y a de grandes chances que les huit condamnés dans ce procès continuent de couler des jours tranquilles aux USA ou dans des pays "alliés", mais c'est une victoire quand même.

Un tribunal pour crimes de guerre, situé à Kuala Lumpur en Malaisie, a condamné l'ex-président George W. Bush, son vice-président Dick Cheney, et son secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, ainsi que cinq autres hauts responsables de l'administration US de l'époque, pour "crimes de guerre" en raison de leur rôle de décideurs dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan et dans les tortures et traitements inhumains pratiqués par les troupes US dans ces pays. Comme le dit le militant britannique des droits de l'homme, Moazzam Begg, "le travail [des tribu...