Recherche du mot clé « risque sismique » (7 résultats)

De récentes secousses au Chili enregistrées ces derniers jours laissaient entrevoir la probabilité d'un séisme de plus forte ampleur. De plus, d'autres tremblements de terre en Californie, ajoutés à celui survenu au Park Yellowstone que je vous ai annoncé dimanche dernier, confirment une forte activité tectonique liée aux plaques sud et nord américaine en convergence avec les plaques Pacifique et Nazca.
 
Il est pour le moment difficile d'entrevoir à court terme si l'énergie relâchée par cette énorme secousse suffira à calmer le regain d'activité sismique constaté depuis plusieurs semaines, mais il y a fort à parier que de fortes répliques s'en suivent, d'autant plus que l'activité volcanique de la grande ceinture de feu risque elle aussi d'être revue à la hausse. Bien entendu je reste en...

La construction à Marcoule du réacteur Astrid se prépare discrètement, et c'est cette année que l'Etat doit donner pour cela le feu vert. Or, il s'agit d'un réacteur destiné à relancer la filière plutonium, de la taille de près d'un demi Superphénix.
 
C'est très grave, il ne faut pas laisser faire. Six semaines après son élection, le président François Hollande aurait signé l'autorisation de poursuivre l'étude préliminaire à la construction du réacteur ASTRID, décision passée presque inaperçue, mais d'importance considérable.
 
Quel est l'enjeu ? La relance de la filière plutonium-sodium suite à Phénix et Superphénix, par la construction d'un réacteur dit de IVe génération ou surgénérateur, ou encore réacteur à neutrons rapides (RNR), avec comme combustible du plutonium associé à l'uranium...

« Il reste beaucoup à faire pour améliorer l'évaluation du risque sismique. »
 
Fabrice Cotton, professeur de sismologie à l'université Joseph-Fourier (Grenoble-I), fait partie de la cinquantaine de scientifiques qui viennent de dresser les premières cartes harmonisées de l'aléa sismique à l'échelle de l'Europe, dans le cadre du programme Share (Seismic Hazard Harmonization in Europe). Un outil précieux pour les services chargés de l'élaboration des normes parasismiques comme pour les industriels exploitant des installations sensibles.
 
La géographie générale de la sismicité sur le continent européen est connue. Elle résulte, principalement, de l'affrontement entre les plaques tectoniques africaine et eurasienne. Le danger est le plus fort en Turquie, en Grèce et dans la péninsule des Bal...

L'augmentation de l'activité sismique, n'est pas propre qu'à l'Asie orientale, elle devient depuis près de deux décennies, un problème mondial. On constate que de plus en plus de nouveaux foyers apparaissent et, tout comme les plus anciens, sont secoués de manière répétitive.
 
Ça a commencé pour la plus part par de nombreux micro-séismes relativement espacés dans le temps, ensuite leur nombre, fréquence et puissance augmentent progressivement et de plus en plus de nos jours, parfois même sous forme d'essaims.
 
La poudrière de la Mer du Nord ou quand le risque permanent deviendra majeur !
 
La Mer du nord se serait formée exclusivement par la fonte des glaces en fin de la dernière glaciation, suivant l'avis du comité scientifique dans les années 50. Cette hypothèse demeure d'actualité ce, e...

A la date du 11 Mars, la Californie a été touché par un séisme d'intensité moyenne qui pourrait être le signe précurseur d'un séisme plus important. Les autorités invitent la population à se préparer à 2 semaines d'autonomie car il existe un risque marginal de Big One (magnitude supérieure à 9) dans les 72 heures.
 
Les récentes émanations de gaz au large des côtes californiennes constituent également un signe avant coureur de séisme. En outre, l'indice d'activité de la magnétosphère (Haarp - lien)  indique également des conditions favorables à un séisme de grande ampleur dans les 36 heures.
 
Par ailleurs, le risque sismique est également présent au niveau de la faille de New Madrid ainsi que sur la péninsule japonaise. Une alerte vigilance a été lancée sur la période qui part d'aujourd'hu...