Recherche du mot clé « récoltes » (28 résultats)

922 tonnes : C'est la quantité de semences enrobées de puissants neurotoxiques qui a été illégalement enfouie dans le sol durant 4 ans par un agriculteur à la demande du géant de l'agrochimie Syngenta, moyennant une petite rétribution de 71 000 euros.

Parmi les substances neurotoxiques prohibées dissimulées, on y trouve l'imidaclopride - un pesticide plus connu sous le nom de Gaucho -, et de fipronil - substance active de l'insecticide Régent commercialisé par BASF - et reconnus tous deux hautement toxiques pour les abeilles (mais pas seulement) !

Suite à une plainte de syndicats et associations apicoles alertés par un apiculteur de la commune en 2003, la justice française ayant considéré cette action comme un abandon de déchet potentiellement dangereux, cela a valu à Syngenta Seeds Holdi...

Ou quand pouvoir et corruption n'avaient pas encore soudoyé toutes les strates influentes de notre société... Il est pour le moins amusant de constater qu'un refroidissement global était présagé par des scientifiques alors même qu'un accroissement significatif des émissions de CO2 était mesuré.

Amusant oui, mais plus pour très longtemps, car comme l'annonce un article du télégraph relayé par Benji sur les moutons enragés en octobre dernier, nier le réchauffement climatique d’origine humaine va devenir illégal et passible de poursuites ! Souvenez-vous du cas de Philippe Verdier, le présentateur météo qui s’est vu interdire d’Antenne sans le moindre débat après la parution de son livre dans lequel il remet en question les versions officielles.

Voici une publication issue du Collectif de...

De nouvelles inquiétudes viennent perturber la pseudo suprématie du géant Monsanto. En effet, une étude scientifique montre que le maïs transgénique est devenu impuissant contre la chrysomèle de maïs, l'insecte contre lequel il était conçu !
 
Dans une précédente publication « Afrique du Sud : Quand la nature donne une leçon de génétique à Monsanto », les généticiens de la tristement célèbre société américaine avaient étés confrontés à un papillon de nuit qui avait développé un système de défense contre la toxine d'un maïs OGM, balayant ainsi plusieurs années de recherches. C'est aujourd'hui au tour de la chrysomèle des racines (Diabrotica virgifera virgifera), un petit insecte de la famille des coléoptères mesurant quelques millimètres, de remettre les pendules à l'heure ! Le veilleur
 
Ap...

Ce n'est pas notre genre de casser du sucre sur le dos du miel. Sauf que parfois, il en contient trop. Faire son miel sur le dos des consommateurs en leur servant du mauvais sirop, voilà la grande tendance des industriels. Le labo du Cetam Lorraine, spécialiste indépendant de l'analyse et d'écologie apicole nous ouvre ses pots et ses travaux. Révélations...
 
Ils sont beaux ces nouveaux pots de miel aux étiquettes acidulées. Malins, ces flacons verseurs qui évitent de pourrir la table du petit déjeuner. Et ce couvercle alvéolé, quelle bonne idée ! Perdu devant le rayon miel du supermarché, on ne sait généralement vers quelle marque se tourner. Alors on commence par saisir le flacon le plus canari parce que bon, le miel c'est jaune alors ça fait vrai. Que nous dit l'étiquette ? « Mélange d...

Encore un pas en avant « Orwellien » de la mondialisation ! Voilà maintenant pratiquement deux ans qu'une réforme de la législation européenne sur le commerce des semences était à l'étude à Bruxelles sous la pression des puissantes industries agro-alimentaires. Le verdict vient d'être rendu, rendant ainsi hors la loi des agriculteurs qui perpétraient une technique ancestrale consistant à réutiliser leurs propres semences issues de leurs récoltes.
 
Pour faire simple, on ne peut utiliser des semences naturelles non répertoriées sur le catalogue officiel des semences autorisées. L'accès d'une semence au catalogue officiel est si lourd administrativement et financièrement, que seules de grandes entreprises peuvent y prétendre (Monsanto, Bayer, Syngenta, Pioneer...). Les agriculteurs (déjà su...