Recherche du mot clé « predictive policing » (2 résultats)

En projet depuis 2010, et plus récemment, traité dans un article du veilleur en juillet 2012, la police de Los Angeles avait pour objectif de faire baisser la criminalité en utilisant un logiciel baptisé « predictive policing » ou « predpol » qui prétendait localiser en temps réel les zones où le risque d'infraction est le plus élevé. Ce logiciel semble être désormais en fonction dans certaines villes.
 
Si le but est louable, les pires dérapages sont à craindre dans l'avenir ! Que se passera il par la suite si le logiciel est estimé fiable ? Pouvons nous un jour craindre que le scénario du film « minority report » devienne réalité, et que des personnes soient inculpées avant même d'avoir commis une infraction ?
 
Le veilleur

Santa Cruz, en Californie, août 2012. Il est 12 h 30. Un polic...

Ici pas de précog, ces êtres doués de prescience comme dans Minority Report, la nouvelle de Philip K. Dick, dont Steven Spielberg a tiré un film, mais des données. Beaucoup de données. La police de Los Angeles tente en effet de faire baisser la criminalité en utilisant un logiciel baptisé "predictive policing" ou "prepol" qui prétend localiser en temps réel les zones où le risque d'infraction est le plus élevé, rapporte le San Francisco Chronicle (lien).
 
Basé sur le fonctionnement des logiciels de prévention des séismes, le système, qui s'actualise en temps réel sur la base de multiples données dont la police ne dévoile pas le détail, indique aux patrouilles dans quel endroit se rendre. Des endroits baptisés "hot spot", comme on peut le voir dans le reportage de la chaîne CBS (lien vidé...