Recherche du mot clé « plutonium » (18 résultats)

Si le titre reprend le sens de celui de l'article du HuffingtonPost, ce dernier met en exergue le fait que la France s'oppose à l'interdiction des armes nucléaires, lui donnant une image de vilain petit canard. J'ai tenu à fouiller plus en profondeur, et la conclusion est que la France n'est pas la seule, et que le sujet est bien plus complexe qu'il n'en a l'air.

Car la subtilité réside dans le fait que nous parlons ici d'interdiction des armes nucléaires, alors que le traité de non prolifération nucléaire n'a toujours pas abouti à de réels résultats positifs depuis de nombreuses années. Sans risques de trop se tromper, on peut avancer que dans la cas de la France, la diminution drastique des moyens en hommes et matériels, ainsi qu'en financements, allié à un parc vieillissant, pour ne...


Vous l'aurez sûrement remarqué, les médias officiels contribuent depuis quelques temps à augmenter considérablement le climat de terreur ambiante en brandissant la menace d'un affrontement nucléaire entre les deux « éternel rivaux », à savoir les États-Unis et la Russie. Mais qu'en est-il réellement ?

Bien que cela n'ait pas toujours été le cas, et malgré le fait que rien ne puisse plus me surprendre venant de la part des exterminateurs patentés que sont les États-Unis, j'ai du mal à adhérer à une hypothétique guerre nucléaire entre les deux blocs, du simple fait qu'en aucun cas il ne pourrait y avoir de « vainqueur », mais ce n'est que mon analyse personnelle, et elle ne rejoint pas forcément la « logique » guerrière washingtonienne.

Quoiqu'il en soit, la situation vient d'évoluer danger...

Mise à jour : L’Observatoire du nucléaire dépose plainte pour « faux » et « mise en danger d’autrui » dans le cadre de cette affaire (voir en bas de page).

Sous le prétexte inavoué d'économies de bouts de chandelles et donc un soucis de diminuer le moins possible les profits, le lobby du nucléaire français semble faire preuve d'une irresponsabilité et d'une inconscience sans limite.

Figurez-vous que suite à la découverte d'une « anomalie » sur la cuve du réacteur nucléaire de type EPR de Flamanville, un audit a révélé des incohérences dans les dossiers de fabrication des composants nucléaires sur le site d'Areva au Creusot, présumant la forte probabilité de falsifications de ces dossiers.

Comme un malheur ne vient jamais seul, nous apprenions au mois de mars de cette année qu'il pour...

Bien que le titre puisse vous paraître aussi alarmiste que racoleur, vous comprendrez à la lecture de ce qui suit qu'il n'est en rien exagéré, et que exception faite des pays sous-développés du tiers monde, tout le monde sans la moindre exception en subira les conséquences.

Comme vous l'avez compris, il est question de ressources énergétiques, et plus particulièrement de la dernière ligne droite concernant l'épuisement de ces dernières, et c'est un article de Charles Sannat paru aujourd'hui qui m'a incité à publier à mon tour cet avertissement, puisqu'il indique que l'Arabie Saoudite, premier exportateur de brut, se prépare à l’après-pétrole en 2020.

Bien que ce danger ait déjà été sporadiquement évoqué par certains médias, il n'en reste pas moins réel, alors que les contraintes que l...

Depuis le 5 février 2014, un accident nucléaire de grande ampleur - qui pourrait être un prélude à une catastrophe nucléaire - est en cours au centre de stockage profond de déchets radioactifs au Nouveau Mexique (USA).
 
Un incendie dans la zone nord puis, 9 jours plus tard, un relâchement de radioactivité dans la zone sud se sont produits au WIPP (Waste Isolation Pilot Plant) qui est prévu pour entasser 176.000 m3 de déchets transuraniens contenant notamment de l'Américium et du Plutonium, issus d'activités nucléaires de défense (recherches militaires et production d'armes nucléaires). Un ou plusieurs containers se sont ouverts, à 655 mètres sous terre, suite à une explosion d'origine chimique. La radioactivité la plus terrible - Plutonium, Americium - s'est échappée et s'échappe encore...