Recherche du mot clé « plantations » (22 résultats)

Si dans son immense majorité l'opinion générale est de plus en plus préoccupée par l'environnement, au sens écologiste du terme, elle se fourvoie cependant dans la voie à suivre que lui dicte la vision « verte » et « responsable » de la société, régulièrement parrainée par des médias « affranchis » dégoulinants d'illusions éco-responsables.

Pour ces organisations qui prétendent dénoncer et combattre les mauvaises pratiques polluantes humaines en se reposant sur le bien fondé des thèses écologistes, être responsable revient à trier ses déchets, utiliser des ampoules basse consommation, rapporter les piles usagées, investir dans une transition énergétique par l'entremise de véhicules électriques alimentés au nucléaire, de panneaux solaires et autres éoliennes improductifs, tout comme de ...


Tout le monde connaît Monsanto, le monstre (à plus d'un titre) de l'agro-alimentaire dont la sinistre réputation n'est plus à faire. Mais certains d'entre-vous ne connaissent peut être pas ou mal un autre géant tout aussi glauque qui n'a pas à rougir devant le premier, à savoir Syngenta.

Pour rappel, Syngenta est une société suisse spécialisée dans la chimie et l'agroalimentaire, issue de la fusion des sociétés AstraZeneca et Novartis. Elle est le leader mondial dans la recherche liée à l'agriculture, en particulier la production de produits phytosanitaires et semences. Syngenta emploie environ 25 000 personnes dans plus de 90 pays (chiffres de 2009).

Un passage provenant de wikipédia est éloquent :

Selon des médias alter-mondialistes, Syngenta serait l'employeur d'une milice privée qui in...


C'est une grosse claque pour le groupe Bolloré, et même un « double tap » si l'on ajoute le fait que celui-ci a vu son bureau perquisitionné dans le cadre d’une enquête sur ses activités africaines !

Aujourd'hui, quatre journalistes de Bastamag, deux responsables de site et deux blogueurs se sont retrouvés sur le banc des accusés, poursuivis pour diffamation par le groupe Bolloré en début d'année pour avoir écrit et relayé une enquête parlant de l’accaparement des terres.

Contre toute attente, cette fois ci c'est le « pot de terre » qui a gagné face au « pot de fer ». Malgré ses milliards, ses avocats triés sur le volet et toute l'influence qu'un tel individu peut posséder, le site de médias alternatif Bastamag, ainsi que d'autres journalistes et blogueurs liés à cette plainte ne seront p...

Le gouvernement australien veut amputer de 74.000 hectares une réserve naturelle protégée par l'UNESCO en Tasmanie, ses paysages et sites archéologiques uniques, ses forêts aux arbres parmi les plus hauts de la planète... 
 
La Tasmanie possède des paysages divers et majestueux allant des côtes accidentées aux forêts luxuriantes en passant par des montagnes escarpées. La période glaciaire a contribué à la formation de vallées, gorges et autres montagnes alpines spectaculaires. Les régions karstiques sont truffées de grottes. Les vastes forêts pluviales tempérées sont peuplées de nombreuses variétés d'eucalyptus. Certains d'entre eux, les eucalyptus géants, atteignent plus de 80 mètres et comptent parmi les feuillus les plus hauts de la planète.
 
Séparée du continent australien depuis plusi...

La police brésilienne a démantelé une compagnie de sécurité de triste notoriété accusée d'avoir assassiné au moins deux leaders guarani et d'en avoir brutalement agressé des centaines d'autres.
 
Gaspem a été qualifiée de « milice privée » par le procureur général qui demandait son démantèlement l'an dernier. Des éleveurs auraient versé à Gaspem la somme de 30.000 reais (environ 10.000 euros) pour chaque expulsion réussie de communautés guarani dont les terres ancestrales sont aujourd'hui occupées par des fermes et des plantations de canne à sucre et de soja.
 
Aurelio Arce, le patron de la compagnie, a été arrêté en 2012 à propos de l'assassinat du leader guarani Nísio Gomes. Les Guarani exigent le démantèlement de cette compagnie depuis plusieurs années. Grâce à la campagne que Survival m...