Recherche du mot clé « plan de sauvetage » (9 résultats)

La stratégie européenne pour surmonter la crise de la dette est au bord de l'effondrement. La reprise tant attendue n'a pas réussi à décoller. La hausse des taux d'endettement à travers toute l'Europe du Sud s'accélère. Le consensus politique en faveur d'une austérité extrême se délite dans presque tous les pays de l'Union économique et monétaire (UEM) touchés par la crise. Et pour faire bonne mesure, la Réserve fédérale américaine inflige maintenant un choc de crédit plein pot.
 
Aucun des acteurs clés de la zone euro ne semble prêt à admettre que la stratégie actuelle n'est pas tenable. Ils essaient d'en camoufler les fissures jusqu'aux prochaines élections allemandes en septembre, comme si cela allait changer quoi que ce soit.
 
La Grèce
 
Un rapport de la Commission européenne, qui a fai...

C'est l'heure des soldes. La plus grande promotion du 21ème siècle. Tout doit disparaître ! Pour tenter de réduire sa dette, la Grèce liquide tous ses biens publics : énergies, transports, compagnies des eaux, universités, rivages préservés...
 
Le pays s'enfonce toujours plus dans une crise économique sans fin, malgré les « plans de sauvetage » européens. Ceux-ci profitent en grande partie au secteur financier, alors que pour les Grecs, l'austérité est devenue un mode de vie. Reportage à Athènes, auprès d'un peuple victime du traitement de choc imposé par le « capitalisme du désastre ».
 
« Plus d'un tiers de la population grecque n'a plus accès à la sécurité sociale »
, estime Giorgos Vichas, cardiologue. A la clinique autogérée de Hellinikon, en banlieue d'Athènes, une centaine de médeci...

Afin de réduire le montant emprunté pour éviter la faillite, les bailleurs de fonds internationaux ont demandé à Chypre d'instaurer une taxe exceptionnelle de 6,75% sur tous les dépôts bancaires en-deçà de 100.000 euros et de 9,9% au-delà de ce seuil, ainsi qu'une retenue à la source sur les intérêts de ces dépôts.
 
Cette décision, annoncée dans la nuit de vendredi à samedi, concerne toutes les personnes résidant sur l'île. Si des queues se sont formées devant certains distributeurs samedi matin, les agences bancaires étaient fermées pour le week-end, et jusqu'à mardi matin, lundi étant férié sur l'île...
 
Chypriotes et résidents étrangers de l'île méditerranéenne étaient sous le choc samedi 16 mars après l'annonce d'un accord avec l'Union européenne sur un plan de sauvetage de 10 milliar...

Une marée humaine a déferlé samedi sur le Portugal, Lisbonne en particulier, à l'appel d'un mouvement citoyen apolitique qui a réalisé ainsi une mobilisation exceptionnelle contre les mesures d'austérité, exigées par les créanciers du pays, sous assistance financière.
 
« La troïka et le gouvernement dehors », « le Portugal aux urnes », « élections maintenant », « démocratie participative », pouvait-on lire sur les banderoles portées par les manifestants.
 
« Qui s'endort dans la démocratie, se réveille dans la dictature », « Bandits, rendez-nous notre argent » clamait de petites affiches. « Aujourd'hui je suis dans la rue, demain ce sera toi », lisait-on sur une autre à côté d'un portrait du Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho.
 
Selon le mouvement apolitique « Que la Troïk...

Dans son livre « Journal de crise », François Baroin révèle qu'une réunion secrète a eu lieu à Bercy l'an dernier, pour évoquer un scénario catastrophe : l'éclatement de la zone euro. Nom de code de cette rencontre « Black Swan ».
 
L'ancien ministre de l'Economie François Baroin publie un livre qui commence déjà à faire du bruit. « Journal de crise », c'est son nom, est un carnet de bord embarqué dans les couloirs de Bercy. Le récit de son passage au Budget et aux Finances, de mars 2010 à mai 2012, au coeur de la crise de la zone euro. Et il y parle notamment d'une mystérieuse réunion.
 
Nom de code : Black Swan
 
Pas de trace, pas de documents ! La réunion était totalement secrète... à tel point que François Baroin reconnaît lui-même qu'il ne prenait aucune note.
 
L'ancien ministre laisse i...