Recherche du mot clé « permafrost » (5 résultats)

De nos jours, et bien que ces découvertes ne soient plus d'actualité, la science peine toujours à apporter une explication cohérente au très étrange « mystère des mammouths gelés » découverts en Sibérie, dont certains retrouvés presque intacts, parfois même figés alors qu'ils étaient en train de s'alimenter.

Si la « théorie de la surfusion » semble être à l'heure actuelle admise par certains, elle ne peut selon moi s'appliquer qu'à un nombre limité d'individus piégés et ne peut apporter une explication convaincante au vu du nombre de mammouths découverts et de leur répartition sur une zone importante.

Évidemment, d'autres théories parfois pour le moins farfelues ont vu le jour. Pour certains, les mammouths sont des animaux qui habitent actuellement l'intérieur de la Terre et gèlent su...

Le premier inventaire des déchets nucléaires dans le Grand Nord dresse un tableau inquiétant des contaminations terrestres et marines de la région. Effectué par l'association de protection de l'environnement Robin des Bois, cet inventaire concerne quelques 90 sites contaminés par la radioactivité issue des activités industrielles et militaires, dont 50 en Russie, 25 en Norvège ou encore 8 sites en Alaska, peut on lire dans un article précédant la publication prochaine de l'inventaire des sites.
 
Les soviétiques ont procédé à 138 essais nucléaires entre 1954 et 1990 près de l'archipel russe de Nouvelle-Zemble (Novaia Zemlia), y faisant notamment exploser la bombe à hydrogène la plus puissante de l'histoire. A l'héritage nucléaire de la guerre froide, s'ajoute le stockage et le confinement...

Un jeune garçon a récemment découvert par hasard, dans le nord de la Russie, la carcasse, exceptionnellement bien conservée dans le permafrost, d'un mammouth laineux.
 
C'est en se promenant près de chez lui, dans la région du Taïmyr (nord de la Russie), près de la station polaire de Sopkarga, que Evgueni Salindere, un garçon de 11 ans, a récemment fait une découverte de taille. Il a déniché en août dernier, congelé dans le permafrost, l'un des mammouths laineux les mieux conservés que l'on connaisse.

« Le garçon de 11 ans, Jénia (Evgueni, ndlr) Salinder se promenait avec son frère sur la rive haute du Ienisseï. Il a senti une odeur désagréable, a vu que dans la pente quelque chose dépassait : c'étaient les pattes du mammouth. Jénia l'a dit à son père, qui a aussitôt prévenu le directeur...

Des scientifiques russes affirment avoir découvert en Sibérie avec des collègues sud-coréens des cellules de mammouth au noyau apparemment « vivant », qui pourraient peut-être permettre le clonage de ce pachyderme disparu il y a des millénaires de la surface de la Terre. « Nous avons découvert une vingtaine de bouts de tissus du mammouth, dont certains avec des cellules qui avaient conservé leur noyau apparemment vivant », a indiqué à l'AFP Semen Grigoriev, chef de l'expédition.
 
Une vingtaine d'explorateurs dont sept Russes de l'Université fédérale de Iakoutie et quatre experts sud-coréens de la Fondation pour la recherche en biotechnologie Sooam, ont cherché tout le mois d'août du matériel utilisable pour le clonage sur une rive de la Iana, à plus de 2.000 kilomètres au nord de Iakouts...

La surface de l'Océan glacial arctique pourrait être à l'origine d'émanations de méthane, un important gaz à effet de serre, selon une étude réalisée par des experts en climat et publiée dimanche.

Lors de plusieurs vols, les chercheurs ont mesuré les concentrations atmosphériques en méthane dans le Grand nord jusqu'à 82 degrés de latitude nord. Ils ont constaté des concentrations de méthane à proximité de la surface de l'océan, notamment dans des zones où apparaissait de la glace en morceaux.

Ainsi, par un mécanisme jusqu'ici inconnu, les eaux de surface de l'Océan arctique pourraient représenter une source importante de méthane, "potentiellement sensible aux changements dans la couverture glacée de la mer", indique l'étude, publiée dans le journal Nature Geoscience et conduite pa...