Recherche du mot clé « peer to peer » (2 résultats)

En france, cet évènement n'est pas possible car cela serait considéré comme de l'extorsion de fonds, mais dans de nombreux pays, les ayants droits s'offrent les services de sociétés anti-piratage afin de repérer en masse les adresses IP des internautes qui partagent des fichiers sur le réseau P2P (peer to peer).
 
Après avoir obtenu l'identité des pirates, les sociétés contactent tous les titutaires des comptes internet et les menacent de les envoyer devant les tribunaux s'ils ne payent pas une somme d'argent à l'amiable. Là où cela est diabolique, c'est que plupart décident de payer, peu importe qu'ils soient ou non coupables car en règle générale, cela revient plus cher de devoir se défendre en justice...
 
Une telle demande d'argent a atterri dans la boite aux lettres d'un abonné Intern...

Pirate Bay, le service de retransmission pirate de copies d'oeuvres audio-vidéo bien connues, envisage très sérieusement de s'affranchir de la "pesanteur" juridique des États, en investissant dans une flotte de drones aérospatiaux placés en orbite basse, équipés de serveurs, qui se placeraient à plusieurs kilomètres en orbite basse, pour retransmettre leurs données par radio.

Leurs "LOSS" (Low Orbital Serveur Station ou Stations-Serveurs en Orbite Basse SSOB) PirateBay envisagerait de recréer un réseau parallèle à internet, par liaison radio stricte, pouvant diffuser à 100mbps, avec une portée de l'ordre de 50 km/serveur. Ce faisant, PIRATE BAY déclare officiellement la guerre aux pays de droit, puisqu'il faudra utiliser des avions de chasse pour détruire ces drones.

La question que je...