Recherche du mot clé « paul magnette » (2 résultats)


À seulement quatre jours de la cérémonie de signature prévue, la petite région belge tient bon et réaffirme, droit dans ses bottes, sa ferme opposition au Traité de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada.

Au vu du nombre impressionnant de lectures de ma précédente publication sur le sujet, soulignant l'échec du rouleau compresseur commercial de l'empire face à ce territoire du sud de la Belgique (qui ne compte à peine plus de trois millions et demi d'habitants), il est évident que la prise de conscience des dangers que représente ce « libre échange » a fait du chemin.

Toutefois, comme je l'ai déjà dit « ne crions pas trop rapidement victoire », car comme vous l'imaginez, les enjeux que ce traité représente sont énormes, et il est improbable que les industriels et lobbies ...

Alors que l'on annonçait il y a quelques jours une mobilisation en France contre l’accord de libre-échange CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement, ou Accord économique et commercial global) avec le Canada, et que je partageais avec vous hier sur la page Facebook du Veilleur que Paul Magnette, le ministre-Président de Wallonie, refusait d’approuver le texte ainsi que la deadline imposée par l'Europe dans ce dossier, et même pire, puisque la Commission européenne menace la Wallonie de ne plus bénéficier des Fonds européen de développement économique et régional (FEDER).

Il faut savoir à ce titre que la Belgique (et donc la Wallonie) est le seul état de l’union dont les règles institutionnelles réclament une validation a priori, c'est à dire avant même la signature, de tels acco...