Recherche du mot clé « pas fiables » (3 résultats)

Amnesty International accuse le pétrolier Shell de nier ses responsabilités dans les fuites de pétrole au Nigeria, rejetant la faute sur les gangs criminels, dans un rapport publié jeudi.
 
Le géant pétrolier anglo-néerlandais, a lui, rejeté l'accusation la considérant « sans fondement ». Le nombre de fuites, dans la région pétrolifère du Delta du Niger, dans le sud du Nigeria, premier producteur de brut africain, est « stupéfiant », a déclaré l'organisation de défense des droits de l'homme dans son nouveau rapport intitulé « Mauvaises informations: enquêtes sur les fuites de pétrole dans le Delta du Niger ».
 
Shell, qui a le plus grand nombre d'exploitations onshore dans cette région, a annoncé 348 fuites depuis début 2012, alors que la filliale nigériane de la société italienne Agip a ...

Ayant récemment visionné une vidéo relatant une interview d'Eric Filiol réalisée lors du « Hack in Paris » 2013, il m'a semblé pertinent d'en faire un article pour que vous prenniez conscience de la réalité quant à l'étendue des pouvoirs des programmes d'espionnage et de leurs capacités à mettre à mal ce qui reste de votre pseudo vie privée.

Après tout, pour nombre d'entre vous, Prism n'est qu'un mot, et ce que vous en avez certainement retenu, c'est que les Etats unis espionnent illégalement de nombreux pays dont le nôtre, et ce, principalement dans un but politique et/ou commercial, n'ayant donc que peu de chances de cibler des personnes aussi insignifiantes à leurs yeux telles que vous et moi. Si ce mode de pensée correspond à la version officielle des faits relayés par les médias, q...

La fiabilité des empreintes digitales est remise en cause. Le Pacific Standard consacre une longue enquête aux empreintes digitales (lien) : doivent-elles vraiment être reconnues comme preuves lors d'un procès ?
 
Puisque deux traces digitales ne peuvent pas être complètement identiques, il est difficile d'accuser quelqu'un sur cette seule preuve. Jennifer Mnook, professeur à l'université de Californie de Los Angeles (UCLA), regrette que « ceux qui analysent les empreintes digitales témoignent en parlant de certitude absolue ».
 
David Kay, de l'école de droit de l'université de Penn State indique quant à lui : « Il est temps que les criminalistes fournissent des témoignages plus défendables scientifiquement et plus acceptables légalement. »
 
Au Minnesota, des avocats remettent en cause (lie...