Recherche du mot clé « palmiers » (5 résultats)

La justice indonésienne a condamné la société d'huile de palme Kallista Alam à verser 114 milliards de roupies (6,8 millions d'euros) de dommages et intérêts et 251 milliards supplémentaires (15,4 millions d'euros) pour la réhabilitation du terrain, pour avoir été coupable de déboisement illégal. Ce verdict est considéré comme « historique ».
 
Kallista Alam, qui s'est réservée le droit de faire appel, a été reconnue coupable d'avoir brûlé 1.000 hectares de tourbières dans la province d'Aceh, dans le nord de Sumatra, afin d'y planter des palmiers à huile.
 
Les tourbières sont considérées comme essentielles à la préservation des forêts primaires et leur destruction dégage de très importantes quantités de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. La région brûlée est pr...

Herakles persiste et signe : l'entreprise américaine avance dans les travaux d'installation de sa future palmeraie.
 
Les images aériennes prises par Greenpeace début novembre mettent en évidence le déboisement de la zone de concession, jusque-là constituée de forêts denses, mis en oeuvre par la SG Sustainable Oils Cameroon (SGSOC) filiale locale de l'entreprise Herakles farms dont le siège social est à New York. On peut observer les opérations de déforestation, ainsi que la pépinière, cette zone où sont déposées les pousses de palmiers.
 
Ces activités de déforestation ont lieu alors que le bail foncier de 99 ans dont dispose la SGSOC n'a pas encore été approuvé par décret présidentiel !! Elles sont donc contestables au regard du droit camerounais. Le projet, s'il est poursuivi, s'étendra...

Les forages scientifiques dans l'épaisse glace de Wilkes Land, en Antarctique de l'Est (la partie faisant face à l'Australie) ont fourni les preuves de « la croissance de forêts tropicales caractérisées par des éléments floraux très divers de mésothermaux et de mégathermaux, y compris des palmiers et des bombacoideae (une sous-famille de l'arbre violet ou malva) », selon un article publié dans la revue scientifique Nature . Voici une autre description de la découverte.
 
L'aspect étonnant de cette histoire est que les preuves de ces palmiers anciens et mauves et d'autres flores quasi-tropicales ont été découvert par forage à travers les calottes glaciaires allant de 1,9 à 2,5 miles d'épaisseur (entre 3 et 4 kilomètres) !
 
C'est tout un contraste entre les climats ! Cet article publié dans ...

Au fond, cela ne surprendra personne. Voir ces révélations couchées par écrit comme cela la sainte alliance du fric et du démon sera pour certains insupportable. Ces écrits datent de 1997, mais personne ne les avait traduits en français. J'avais espéré l'aide d'autres bloggers bien connus, pour valider la traduction, mais depuis 48 heures, pas de signe de vie.

Aussi je me risque à vous passer ces révélations avec une ou deux traductions « brutes de fonderie » qui peuvent sembler abruptes. En tout cas, je peux vous assurer que cela m'a pris un temps certain, et que j'ai fait mon maximum. En fait, tout est parti de la « scopolamine », en réaction à l'affaire Holmes, sur la piste d'Isabelle (conscience du peuple) qui a tout pointé à l'origine. Vous allez voir c'est énorme, moi-même j'ai hal...

Le développement des plantations de palmiers à huile est à l'origine d'une déforestation massive en Indonésie et en Malaisie, les deux premiers producteurs mondiaux. Dès à présent, et après avoir favorisé l'essor des économies d'Asie du Sud-Est au prix de cette dévastation, le palmier à huile fait son grand retour en Afrique.

Pour des raisons environnementales en effet, les grands producteurs asiatiques d'huile de palme ne peuvent plus étendre en toute liberté leurs plantations en Indonésie et en Malaisie, qui fournissent les quatre cinquièmes de la production mondiale. Or, la demande en huile de palme des pays du Sud, Chine et Inde en tête, qui consomment plus de 80 % de la production, est en forte progression. Et au Nord, les Etats-Unis et l'Europe accroissent quant à eux leur demande...