Recherche du mot clé « motion de censure » (7 résultats)


Oui, vous lisez bien. J'ai tout d'abord cru à un article du site satirique Le Gorafi, mais à ma grande stupeur, il n'en est rien. Manuel Valls prétend vouloir supprimer l'article 49.3... Mais pas totalement !

Rendons tout d'abord à César ce qui lui appartient, le « big boss » du 49.3 reste à ce jour Michel Rocard avec 28 utilisations en 37 mois de mandat. Viennent derrière lui Édith Cresson avec 8 utilisations, 7 pour Pierre Mauroy, 6 pour Manuel Valls, 4 pour Laurent Fabius, et enfin 3 pour Pierre Bérégovoy.

Manuel Valls qui donc, prétend vouloir supprimer l'article 49.3 après y avoir recouru systématiquement pour le passage en force, et donc anti-démocratique, de la Loi travail, unanimement dénoncée par l'ensemble de la population (excepté par le patronat bien sûr). Face à telle déc...


C’est sans surprise que le principe de démocratie vient une nouvelle fois d’être piétinée au nom d’un néolibéralisme accru et d’une régression sociale sans précédent. Pour la troisième fois, l’article 49 alinéa 3 de la Constitution a été utilisé afin de faire taire toute contestation concernant un projet de loi travail pourtant rejeté à 70% par la population ainsi que par les syndicats, exception faite de la CFDT qui, sans étonnement, s’est rangé du côté du patronat.

Nous sommes donc pour la première fois face à une loi adoptée sans pour autant avoir été votée une seule fois à l’Assemblée nationale, une première ! Un énième 49-3 qui engage ainsi de nouveau la « responsabilité » du gouvernement, cette même responsabilité qu’il n’assume pourtant pas quand cela concerne les tragédies des ...

Une nouvelle fois le dicton « jamais deux sans trois » semble devoir se vérifier, ce qui signifie que le dossier concernant la Loi travail va se voir gratifier pour la troisième fois de l'invocation à l'article 49.3 de la Constitution, prouvant encore une fois s'il en était besoin que nous sommes bien entrés sous un régime dictatorial, et non démocratique comme aiment à le penser une majorité de doux rêveurs.

Le Sénat (majoritairement de droite) va rejeter dans son intégralité et sans débat le texte du projet de Loi Travail de Myriam El Khomri Bruxelles. Elle estime en effet que « Ni le gouvernement ni l’Assemblée n’ont tenu compte du long débat fructueux au Sénat lors de la première lecture, et que dans ces conditions, ce n’est pas la peine de refaire le débat ».

Ce qui pourrait s'an...


Faisant fi des multiples manifestations anti Loi travail qui continuent à exprimer leur mécontentement, le sénat - censé représenter l’intérêt des collectivités territoriales - et les collabos y siégeant (majoritairement de droite) ont sans réelle surprise voté pour le texte de Loi travail.

Pire encore, puisqu'au cours de remaniement, un durcissement du texte y a été apporté malgré quelques « allègements ». A noter que si les durcissements ont été approuvés, les allègements quant à eux ne conviennent pas au general Wallz, qui menace une fois encore d'utiliser à nouveau le 49.3 pour garder l'aspect néo libéral poussé présent dans la première mouture de ce nouveau code de l'esclavage.

La saga n'est pas pour autant terminée puisque le texte de loi sera remanié le 18 juillet, et passera e...

Avant d'aller plus loin, un petit rappel s'impose sur le terme « démocratie » utilisé si souvent et nerveusement par le general Wallz.

Le terme démocratie désigne le régime politique dans lequel le peuple a le pouvoir, ce qui n'est visiblement plus le cas dans notre pays. A contrario, une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu'aucune loi ou institution ne les limite. Selon Encyclopædia Universalis :

La dictature est un régime politique autoritaire, établi et maintenu par la violence, à caractère exceptionnel et illégitime. Elle surgit dans des crises sociales très graves, où elle sert soit à précipiter l'évolution en cours (dictatures révolutionnaires), soit à l'empêcher ou à la freiner ...