Recherche du mot clé « inactifs » (3 résultats)

Licenciements à la pelle, multiples réforme des retraites, modifications des systèmes de protection sociale, changement de fiscalité des assurances vie, nouvelle loi sur les comptes bancaires inactifs, nouvelles taxes concernant l'épargne privée, augmentation des cotisations du régime auto entrepreneur à venir, et maintenant les baisses de salaire autorisées.
 
Dans la même période en 2013, je publiais sous le titre « L'élite et les banques comptent se servir de la crise pour abaisser les salaires de 30 à 50% », information précédée de l'avertissement « Les citoyens doivent se préparer à une baisse de leur salaire ». Bien entendu, si ces informations provenant des hautes sphères ont filtré jusqu'à nos oreilles, c'était probablement pour étudier les réactions qui s'en suivraient en vue d'...

Près de 4 milliards d'euros sont potentiellement concernés par la mesure, rien que çà ! Ce sont les banquiers qui ne vont pas être très contents d'apprendre qu'ils ne pourront désormais plus faire discrètement des profits sur des comptes dormants. A la BNP, ils en ont pourtant bien besoin... Le veilleur
 
Près de 4 milliards d'euros pourraient à terme venir remplir les caisses de l'Etat. Le Sénat a voté, mardi 3 juin, à l'unanimité les conclusions de la commission mixte paritaire sur la proposition de loi relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance-vie en déshérence. Ce qui signifie l'adoption définitive du texte, qui prévoit que l'Etat puisse récupérer cet argent en sommeil après un délai de 20 ans.
 
Les députés s'étaient déjà prononcés fin mai en faveur du texte d...

Le Pérou a décrété jeudi l'état d'urgence dans neuf districts du département de Moquegua, dans le sud du pays, après sept éruptions du volcan Ubinas enregistrées depuis le début du mois. L'état d'urgence décrété durant 60 jours permettra de mettre sur pied des mesures d'évacuation des localités aux abords du volcan, considéré comme le plus actif du Pérou.
 
L'Ubinas, qui culmine à 5672 mètres, est entré en éruption le 1er septembre, dégageant des nuages de cendre, des gaz toxiques et des colonnes de fumée de 2500 mètres au-dessus du cratère, selon l'Institut géophysique du Pérou (IGP) de l'Université San Agustin d'Arequipa.
 
Ces trois derniers jours toutefois, « le volcan n'a enregistré aucune activité et ne crache pas de cendres », a indiqué à l'AFP le vulcanologue Victor Aguilar, de l'IG...