Recherche du mot clé « hégémonie américaine » (8 résultats)


Retour de bâton : ʁə.tuʁ də bɑ.tɔ̃ masculin - 1. Conséquence désagréable et inattendue d’une erreur passée. 2. (Par extension) Désagrément pouvant être perçu comme une punition du sort pour de mauvaises actions passées. (wiktionary)

Car c'est bien de cela dont il est question, puisqu'une loi vient d'être votée, autorisant les citoyens américains à poursuivre en justice l'Arabie Saoudite pour leur implication dans les attentats du 11 septembre 2001. Si cette décision est positive pour une partie de la population américaine, elle l'est beaucoup moins pour Barack Obama, qui se trouve confronté entre protéger ses alliés saoudiens en apposant son véto et se mettre à dos tout le pays, ou laisser faire et subir la colère des Seoud qui menacent de se débarrasser de tous leurs avoirs en dollar,...


Bonne nouvelle, et pas des moindres, on apprend aujourd'hui que l'Assemblée nationale vient de soutenir le projet de résolution lancé par le parlementaire Thierry Mariani, et qui appelle à lever les sanctions économiques imposées par l'Union européenne contre Moscou.

Sur les 99 députés qui ont pris part au scrutin, 55 ont voté pour la résolution dans une salle presque vide puisque n'étaient présents que 101 votants au total. Évoquant les agriculteurs, l'avenir des enfants et la paix dans le monde, Thierry Mariani a déclaré :

Des sanctions ne sont un levier sur rien. Aujourd'hui, le paradoxe est que ceux qui ne respectent pas ces sanctions en priorité sont le gouvernement ukrainien et que ces sanctions pèsent sur le gouvernement russe et par ricochet sur les économies de certains pays euro...

Au départ il s'agit d'un article plutôt prospectif publié par l'agence de presse RIA Novosti qui fait le point sur l'escalade militaire dans l'est de l'Ukraine et les différentes options du gouvernement putschiste.
 
Et puis, après cette analyse et le constat d'échec de la première offensive de l'armée ukrainienne dans le Dombass et de l'enlisement  meurtrier du conflit, vient ce paragraphe :

« La Russie a déjà commencé à projeter des troupes vers la frontière ukrainienne, pour l'instant pour renforcer la sécurité. Mais des vidéos du déplacement vers la frontière d'unités importantes de transmissions et logistiques ont déjà été rendues publiques. Elles sont nécessaires pour constituer un grand groupe armé en mesure de mener une opération offensive. Cette opération semble inévitable si l...

L'AMGOT, késako ? Il s'agit de l'acronyme de Allied Military Government of the Occupated Territories, qui était un plan défini par les États-Unis, et qui visait à imposer dans les pays « libérés de l'occupant nazi » (un occupant financièrement et matériellement aidé par les grandes banques américaines, voir aussi « Ce qu'on ne vous dira jamais sur le 6 juin 1944 » ...), un gouvernement militaire allié, afin d'assurer une transition pour un retour à la « démocratie ».
 
Soutenu par l'immense majorité des Français, De Gaulle, chef de la résistance, réussit cependant à éviter l'AMGOT et à installer un gouvernement provisoire français (le GPRF) pour assurer le retour à la démocratie. Il s'agit d'un pan entier de l'histoire - et non des moindres -, qui ne nous est curieusement pas enseigné dan...

Il serait prématuré de tirer des conclusions trop hâtives à la simple découverte de cette information, pourtant, la seule lecture du titre original « Porochenko doute de la nécessité de l'association avec l'Union Européenne » met en lumière la possibilité d'un revirement de situation pour le moins inattendu !
 
Le nouveau président ukrainien fraîchement élu, Piotr Porochenko aurait-il enfin compris que le salut de son pays ne se trouve pas dans une alliance avec l'Union Européenne ? En tant qu'oligarque opportuniste averti à la tête de plusieurs milliards, les profonds changements géo-politiques et économiques en cours matérialisés par les récents accords commerciaux sino-russes ne lui ont sûrement pas échappé, d'autant plus que ces derniers ont été suivis par la création de l'Union écono...