Recherche du mot clé « gaz de schiste » (40 résultats)


Si vous aussi êtes épouvantés par les droits ôtés aux salarié(e)s, ou plutôt les pouvoirs donnés au patronat par la nouvelle Loi travail unanimement rejetée par le peuple de France, mais aussi de Belgique, la perspective de l'accord commercial TISA (Trade in services agreement) assorti au traité commercial transatlantique (TAFTA) made in USA va probablement provoquer chez vous de fortes nausées !

Ne vous y trompez pas, le retour en arrière qui nous est imposé par la Loi Travail est, ou sera généralisée en Union Européenne, et ne sert qu'à préparer le terrain aux futurs accords commerciaux de libre échange qui eux aussi nous seront imposés. C'est donc bien le fameux « Nouvel Ordre Mondial » si souvent tourné en dérision par l'ensemble de la sphère bien pensante qui est sur le point d'abou...

Les menaces et dangers liés à l'industrialisation sont nombreux, et plus particulièrement dans le secteur énergétique ou une demande croissante semble devoir justifier des techniques d'extraction de plus en plus polluantes et destructrices pour l'environnement, mais pas seulement...

Car il est en effet important de devoir rappeler que nous sommes dépendants de cet environnement, et que parmi les ressources affectées par les pollutions industrielles, certaines nous sont vitales, à commencer par l'air que nous respirons, mais aussi l'eau dont notre corps est constitué à 60% et sans laquelle la vie n'est pas envisageable.

Cet « or bleu » qui nous est vital, et que certains estiment à tort inépuisable, est maintenant réellement menacé, et si les multinationales en sont les auteurs et que leur...

Pour ceux qui s'en souviennent, le Tribunal administratif de Melun avait interdit en 2014 un forage à Nonville (ça ne s'invente pas), et ce au motif que le but visé était le pétrole de schiste. Les sociétés Hess oil et Vermilion avaient fait appel auprès de la cour d’appel administrative contre cette décision.

La prolongation du permis pour une troisième période ayant été refusée, le permis était donc caduc, bien que la procédure était toujours en cours. Deux ans plus tard, les pétroliers viennent d’abandonner leur possibilité de recours. Toutefois, bien que cette interdiction de forage puisse être considérée comme une victoire, ne nous réjouissons pas trop vite, car dix permis de recherche sont toujours valides dans l'Aisne, la Marne et les Ardennes.

Le Veilleur

Pétrole de schiste: une in...


« Vous ne voulez pas du gaz de schiste ? Eh bien vous en aurez quand même ! ». Bien que cette nouvelle puisse en irriter plus d'un au premier abord, nous pouvons malgré tout nous réjouir de certains aspects de cette annonce.

D'une part car ce gaz provient des État-Unis, il n'est donc aucunement question de fracturation hydraulique sur le sol français et des dangereux inconvénients que ce procédé comporte, et d'autre part car cela devrait avoir pour effet une baisse des tarifs du gaz domestique avantageuse pour les consommateurs que nous sommes.

Si toutefois des conséquences géopolitiques sont évoquées vis-à-vis de la Russie, il est bon de rappeler que nous n’importons que 16% de notre gaz de Russie, l’essentiel venant de Norvège (42%) puis des Pays Bas (16%), de l’Algérie (9%) et dive...


Chesapeake sera-t-il le premier d'un longue lignée à subir les effets de l'explosion de la bulle de schiste prévue de longue date ? Déjà en janvier 2013, une affaire Chesapeake avait fait trembler Wall Street, et les perspective d'avenir d'aujourd'hui n'apparaissent en rien plus favorables, du moins tant que le prix du baril de brut ne décollera pas.

En effet, le producteur américain de gaz de schiste a amendé un accord de crédit revolving qui arrive à échéance en 2019. Si les créanciers ont accepté de reporter la prochaine évaluation jusqu'en juin 2017, ils ont en contrepartie demandé à la société Chesapeake d'apporter en garantie quasiment tous ses actifs, y compris des créances !

Cette dernière croulant sous les dettes ne peut désormais plus compter sur la rentabilité de ses puits ...