Recherche du mot clé « faillite bancaire » (3 résultats)


La disparition du cash approche et nous n'y échapperons probablement pas. Ce sera alors le dernier maillon d'une longue chaîne qui permettra le verrouillage d'un système totalitaire moderne et simple à la fois, puisque le système bancaire qui peut encore de nos jours - bien que difficilement - être contourné, sera alors inévitable et omniprésent.

Il faudra alors faire preuve d'allégeance envers nos amis les banquiers qui détiendront les pouvoirs de vie et de mort sur votre petite existence puisqu'aucune alternative ne vous permettra de vous libérer de leur emprise, et si payer par carte est rapide et pratique, il faut également songer aux inconvénients que la disparition de l’argent liquide engendrera.

Tout votre argent sera confié à une banque, or, lorsque vous y déposez de l’argent,...

Ne croyez pas votre banquier si il vous confie le sourire aux lèvres que tout va bien et que votre argent ne risque rien. Cet interview révèle qu'il n'en est rien, que les banques mentent sur leur réel état de santé, et que le risque de vous faire « chyprioter » votre compte est tout sauf un conte de fées !

Merci à Thomas de goldbroker.com pour le partage de cette information ;-) Le veilleur

Fabrice Drouin Ristori (FDR): Bonjour Mr Chevallier, merci d'avoir accepté cette interview. Avant d'aborder la situation des banques en France, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
 
Jean-Pierre Chevallier : En tant que professeur agrégé, j'ai enseigné, en particulier l'analyse financière à l'Université de Nice. Étant maintenant en retraite, je continue à travailler en toute liberté en tant que bu...

Les Britanniques qui ont choisi de confier leurs économies à la HSBC sont hors d'eux. Et on les comprend: depuis quelques mois beaucoup n'ont pas pu retirer de grosses sommes sans fournir de documents prouvant l'utilisation qu'ils comptaient faire de cet argent.
 
Interrogés par la BBC, plusieurs clients de la banque ont en effet raconté qu'il leur avait été impossible de récupérer des sommes allant de 5000 à 10.000 livres (soit 6000 à 12.000 euros) car ils n'avaient pas pu montrer de justificatif ou que leur conseiller n'avait pas jugé valable la raison de leurs retraits. Un comble pour Stephen Cotton, l'un des clients, qui ne s'est pas remis de l'attitude de la HSBC.
 
« Cela fait 18 ans que je suis dans cet établissement. Tout le monde me connait là-bas. On ne devrait pas avoir à expliq...