Recherche du mot clé « eau radioactive » (6 résultats)

Un avis de risque de tsunami a été diffusé vendredi soir à la suite d'un puissant séisme de magnitude 6.8 au large de Fukushima.

Un tsunami de faible ampleur s'est produit dans la nuit de vendredi à samedi dans le nord-est du Japon après un violent séisme au large de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Une première montée des eaux de 20 cm a été mesurée moins d'une heure après les secousses à Ishinomaki, la ville côtière la plus meurtrie par le gigantesque tsunami de mars 2011. Des vagues de quelques centimètres ont touché ensuite divers autres points des préfectures de Miyagi, Iwate et Fukushima. La mise en garde a cependant été levée un peu moins de deux heures après avoir été émise.
 
Une forte secousse de magnitude 6,8 s'était produite samedi vers 4 heures heure locale en ...

Tepco a déversé dans le Pacifique 561 tonnes d'eaux radioactives souterraines de la dérivation et il n'y a pas de raison que cela s'arrête ...
 
Le 21 mai 2014, Tepco a au final déversé dans le Pacifique 561 tonnes d'eaux souterraines de la dérivation. Selon leurs dernières analyses, 1.100.000 Bq/m³ (1,1 million) de tritium ont été relevés dans l'échantillon d'eaux souterrains pris le 19 mai 2014. Tepco affirme que les eaux des autres puits de dérivation sont moins radioactives, qu'ils peuvent diluer cette radioactivité en la mélangeant avec des eaux moins contaminées.
 
Ils ne recherchent pas le plutonium-238/239/240 et l'uranium-235/238 dans les eaux qu'ils rejettent. De plus, ce rejet ne fait diminuer que de 10 à 25% le flot des eaux souterraines qui s'écoulent dans les bâtiments de la c...

Une « situation d'urgence » a été déclarée, mardi 6 août, par l'Autorité de régulation nucléaire japonaise (NRA) à la centrale de Fukushima, où de l'eau hautement radioactive se déverse toujours dans l'océan Pacifique, sans que l'opérateur Tepco (Tokyo Electric Power) soit en mesure de la contenir. 
 
Selon la NRA, cette eau contaminée est en train de monter vers la surface et dépasse les limites légales d'écoulement radioactif, plus de deux ans après la catastrophe - accident nucléaire le plus grave depuis Tchernobyl, causé par un séisme et un tsunami qui avaient provoqué une panne de grande envergure dans la centrale.
 
L'eau hautement radioactive qui se déverse dans l'océan à partir de la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée par un séisme et un tsunami il y a deux ans, créée une ...

La Commission de régulation nucléaire américaine (NRC) a publié jeudi 12 juillet une mise à jour des problèmes rencontrés par la centrale nucléaire de San Onofre en Californie, où elle estime que la situation est plus grave qu'elle ne l'avait pensé au début. L'un des réacteurs de cette centrale située près de San Diego avait dû être fermé en janvier à la suite de fuites radioactives. La NRC avait assuré qu'il n'y avait pas de danger direct pour la population.
 
Mais des recherches plus poussées ont dans un premier temps mis en évidence une érosion inattendue sur de nombreux tuyaux transportant de l'eau radioactive. La centrale a donc été complètement fermée, ce qui a poussé les autorités de l'Etat de Californie à se reporter sur des sources d'électricité alternatives. La centrale de San O...

Un employé de Tepco : "Il n'y a rien d'autre à faire que de laisser l'eau radioactive se déverser dans l'océan"

Japanfocus cite le témoignage intéressant de l'un des travailleurs employés par Tepco à la "résolution" de la crise nucléaire sur le site de Fukushima-Daiichi. Parlant sous couvert d'anonymat, ce dernier évoque la précarité continuelle de la situation sur le terrain et les décalages entre les beaux discours officiels et le peu de moyens d'action sur la contamination, notamment au niveau des effluents liquides radioactifs qui se déversent chaque jour dans l'océan.

M.A, 62 ans, employé Tepco en colère

M.A. est indigné par la situation sur le site accidenté et brise la loi du silence pour évoquer des fuites continuelles d'eau contaminée vers l'océan. M. A est employé sur le cha...