Recherche du mot clé « destruction des vidéos » (2 résultats)

Nouveau rebondissement dans l'affaire de l'attentat de Nice, et qui fait suite à une publication précédente mentionnant que l'état demande la destruction des vidéos du drame à la mairie, demande que la ville de Nice a refusée. En effet, la cheffe du Centre de Supervision Urbain (CSU) de Nice affirme avoir subi des pressions de la part du ministère de l'Intérieur qui lui aurait ordonné d'indiquer la présence des policiers nationaux sur deux points du dispositif de sécurité, policiers qui n'apparaissent... nulle part à l’écran...

Cet évènement survient alors qu'une polémique oppose depuis plusieurs jours Christian Estrosi, président (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et maire adjoint de Nice, à Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sur le nombre de fonctionnaires de po...

Maladresse de la part du gouvernement ou intention délibérée de leur part de supprimer toute pièce à conviction qui lui serait potentiellement nuisible, on peut se poser la question...

Il n'est pas question ici de la suppression des preuves, puisque la Justice en a évidemment fait une copie de sauvegarde, mais demander la suppression d'environs 24 heures de vidéos qui ont enregistrées le drame de la soirée du 14 juillet à Nice peut sembler pour le moins curieux. L'état voudrait alimenter les thèses complotistes qu'il ne s'y prendrait pas autrement.

Cela a-t-il un rapport avec la récente polémique entre Bernard Cazeneuve et Christian Estrosi à propos du dispositif de sécurité inexistant ce fameux soir ? En effet, le dispositif policier en place à Nice a été pointé du doigt par le quoti...