Recherche du mot clé « crise humanitaire » (3 résultats)

La vidéo est particulièrement pertinente compte tenu des rapports d'hier qui annoncaient que le Président Bachar Al-Assad aurait ordonné à l'armée syrienne de charger « le précurseurs chimique du gaz sarin, un gaz neurotoxique mortel, en bombes aériennes » en préparation pour les avions de chasse afin de larguer les bombes sur des civils.
 
Le gouvernement syrien a nié à plusieurs reprises qu'il utiliserait des armes chimiques dans sa guerre contre les rebelles de l'opposition. La preuve contenue dans la vidéo donne à penser que les rebelles sont tout aussi susceptibles d'envisager la possibilité d'utiliser des armes chimiques. Le clip, obtenu par la Syria Tribune, montre des équipements de laboratoire et des conteneurs de produits chimiques. Certains conteneurs affichent une écriture an...

Pendant que les médias généraux s'intéressent davantage à la présence d'Al Qaida dans le pays, supposée justifier la guerre des drones américaine, au Yémen, l'un des pays les plus pauvres du monde arabe, des millions de personnes sont touchées par une grave crise humanitaire, marquées par la faim et la malnutrition chronique.

En mars Oxfam international a donné un sérieux avertissement dans la presse :
 
Le Yémen est au bord d'une catastrophe humanitaire, a déclaré aujourd'hui l'organisation d'aide internationale Oxfam, en réaction aux derniers chiffres du Programme Alimentaire Mondial qui font ressortir une augmentation radicale du nombre de personnes souffrant gravement de la faim dans le pays. Les nouveaux chiffrent indiquent que 45% de la population du Yémen n'a pas assez a manger - ...

Depuis la parution, le 16 mai, de l'article du Washington Post sur un afflux d'armes aux forces d'opposition syriennes, le projet du gouvernement Obama d'une guerre par procuration contre la Syrie est devenu encore plus évident.
 
Le Post a dit que parvenait aux opposants « une quantité nettement plus importante d'armes plus puissantes, financée par les pays du Golfe persique [Arabie saoudite et Qatar] et coordonnée en partie par les Etats-Unis, » sur la base d'une perspective selon laquelle « l'expansion d'une confrontation armée était inévitable. »
 
L'Arabie saoudite et le Qatar ont envoyé des armes avec l'approbation de Washington qui jouit de « vastes contacts avec les forces d'opposition pour procurer aux pays du golfe des évaluations de la crédibilité des rebelles et de l'infrastruct...