Recherche du mot clé « crise grave » (3 résultats)

La chute de l'empire américain continue, entrainant dans son sillage les symboles qui furent à l'origine de sa grandeur d'autrefois. Après la faillite de Détroit, qui fût autrefois un pôle logistique incontournable, c'est aujourd'hui Las Végas - icône du gigantisme américain, mais aussi de sa décadence -, qui s'apprête à disparaître.
 
Il n'est pas question ici d'analogie concernant la cause de cette chute, puisque celle de Détroit est le fruit d'une gestion économique calamiteuse ayant engendré une dette colossale, mais bien d'une idéologie absurde épaulée d'une lignée politique insouciante du long terme à laquelle le slogan débile « Yes we can » colle parfaitement. Construire un oasis de luxure (et de débauche) au beau milieu d'une zone désertique, et donc de facto ou l'eau est une denr...

Les annonces « officieuses » relatant une possible sortie de la zone euro envisagée par les pays affectés par la crise se multiplient, mais rien ne semble pour le moment se concrétiser.
 
Sommes nous face à des tentatives mainstream de destabilisation des citoyens, qui, de plus en plus nombreux à être persuadés que l'abandon de cette dictature monnétaire est la seule issue possible, retrouveraient ainsi dans ces annonces un espoir de sortir du tunnel et baisseraient leur garde ?
 
Nous sommes donc peut-être confrontés à de nouvelles techniques de manipulation de l'information, mais pour ma part, je reste persuadé du bien fondé d'une telle action, d'autant plus que les quelques pays qui n'ont pas voulu adhérer à ce pacte ne s'en portent pas plus mal...  Le veilleur
 
Kai A. Konrad, conseiller ...

Avec la révision à la baisse des prévisions de récolte de maïs et de soja aux Etats-Unis, le monde est confronté à une « crise grave » qui pourrait engendrer de « nouvelles tensions alimentaires comme en 2007-2008 », estime FranceAgriMer.

L'établissement national des produits de l'agriculture et de la mer, organisme public rattaché au ministère de l'agriculture, met en garde contre une année qui « pour la troisième fois en cinq ans (...) va être marquée par des prix exceptionnellement élevés. »
 
Cette flambée des prix devrait se traduire par un « rationnement de la demande » qui pourrait engendrer « particulièrement au Proche et au Moyen-Orient de nouvelles tensions alimentaires comme en 2007-2008 », années des émeutes de la faim dans les pays pauvres.
 
Dans les pays développés, c'est prin...