Recherche du mot clé « collecte de données » (4 résultats)

Depuis les nombreuses révélations de lanceurs d'alerte concernant des réseaux d'espionnage mondial qui ne cessent de s'étendre et se perfectionner, nous constations que les individus ou entités ciblés par ces indiscrétions étaient toujours des adultes. Au vu de l'information qui suit, doit-on en déduire que big brother étend ses activités aux plus jeunes ?

Le sujet concerne ici des poupées connectées, dont non seulement l'accès n'est pas du tout sécurisé et ou aucune amélioration n'a été faite malgré les demandes, et ou l'on apprend que les informations vocales privées des utilisateurs/trices (qui je le rappelle sont des enfants) sont envoyées sur le Big data (serveurs distants) d'une société ayant des contrats avec... l'armée.

A la lecture de ceci, il est normal d'avoir un a priori n...

Des poubelles « intelligentes » capables de recueillir des données de passants à partir de leurs smartphones provoquent un scandale à Londres, où les autorités ont exigé lundi que cette technologie soit désactivée.
 
La collecte de ces informations « doit cesser immédiatement » jusqu'à ce qu'il y ait un débat public sur le sujet, ont insisté les autorités de la City, quartier financier de Londres.

« Nous avons aussi saisi l'autorité britannique de protection de défense des libertés »
, ont-elles ajouté. Les poubelles, conçues pour résister à l'explosion d'une bombe, sont équipées d'un système wifi et d'écrans digitaux affichant des publicités ainsi que des informations financières et locales en temps réel, comme les perturbations dans le métro. Cet été, elles ont aussi été testées pour co...

La Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme espère ainsi déterminer le rôle qu'ont pu jouer des entreprises comme Microsoft, Yahoo ou Google, dans le cadre de l'affaire d'espionnage Prism, révélée par l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden.
 
La Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme a déposé plainte jeudi matin au tribunal de grande instance de Paris, dans l'affaire d'espionnage en communications électroniques appelée Prism et réalisées par les agences de sécurité américaines. Car si la plainte est déposée contre X, ce sont bien la NSA et le FBI qui sont en réalité visés.
 
La plainte que Le Figaro a consultée concerne cinq chefs d'infraction : accès et maintien frauduleux dans tout ou partie d'un système de traitement automatisé de données (art...

Le programme : La cinéaste Laura Poitras, profile William Binney, un vétéran de 32 ans de l'Agence de la sécurité nationale qui a aidé à la conception d'un programme extrêmement secret, qu'il dit collecter largement des données personnelles des Américains et les rassembler.
 
Cela m'a pris quelques jours pour avoir le sang-froid de téléphoner à William Binney. En tant que « cible » déjà établie du gouvernement des États-Unis, j'ai trouvé difficile de ne pas m'inquiéter de la chaîne des conséquences fortuites que je pourrais déclencher en appelant M. Binney, un vétéran de 32 ans de l'Agence de Sécurité Nationale devenu dénonciateur. Il a répondu. Je me suis nerveusement expliquée, je lui ai dit que j'étais une cinéaste documentaire et que je voulais lui parler. À ma surprise il a répondu :...