Recherche du mot clé « bolloré » (5 résultats)


Pour ceux et celles qui ne l'auraient pas encore vu, « Demain » est un film documentaire français sorti en 2015, et qui aborde d'un point de vue optimiste de multiples problèmes préoccupants qui nous attendent dans un avenir proche, tout en recensant des initiatives et exemples concrets de par le monde, et prétend apporter des solutions aux défis environnementaux et sociaux de notre époque, qu'il s'agisse d'agriculture, d'énergie, d'économie, d'éducation ou de gouvernance.

Je fait l'impasse sur le sempiternel « réchauffement climatique anthropique » une nouvelle fois évoqué, car si vous me suivez régulièrement, vous devez savoir ce que je pense de cette fable. Passé cette clarification, ce documentaire, bien qu'encourageant, me laisse un arrière goût d'une utopie gentillette, laissant ...


Le gouvernement aurait-il peur de ne pouvoir respecter les plans d'austérité imposés par Bruxelles, et ainsi révéler son impuissance à asservir les « sans dents » ? C'est ce que semblent révéler les choix éhontés de l'Élysée qui consistent aussi bien à vous mentir sur l'ampleur des grèves en cours, qu'à tenter de décrédibiliser les motivations de ce mouvement et des ouvriers qui y participent.

Comme cela est habituellement le cas en de telles circonstances, les médias officiels qui faisaient récemment leur « Une » des nombreux mouvements et manifestations combattants la loi El Khomri deviennent soudainement silencieux, saisissant l'opportunité inespérée des villes inondées et autres actualités footballistiques pour opérer leur diversion. Les actionnaires et propriétaires de ces médias ...

Un énorme scandale voit le jour à un moment ou l'exaspération des citoyens à l'encontre du gouvernement est à son apogée : L'ex patron de la lutte antidrogue serait à la tête d’un des plus gros réseaux de drogue en Europe !

Face à ces révélations sur un trafic d’État, nous pouvons donc entrevoir les raisons de l'entêtement de nos dirigeants à sans cesse rejeter vigoureusement toute idée de légalisation du cannabis. Cette affaire pourrait mettre le feu aux poudres alors qu'au delà d'une loi travail rejetée en masse et cause de la multiplications des grèves et blocages en France, l'utilisation d'un 49.3 anti-démocratique utilisé pour son passage en force est déjà considéré comme « la goutte d'eau de trop... ».

Si c'est l'ex patron des stups François Thierry qui est accusé, et qui à ce p...


C'est une grosse claque pour le groupe Bolloré, et même un « double tap » si l'on ajoute le fait que celui-ci a vu son bureau perquisitionné dans le cadre d’une enquête sur ses activités africaines !

Aujourd'hui, quatre journalistes de Bastamag, deux responsables de site et deux blogueurs se sont retrouvés sur le banc des accusés, poursuivis pour diffamation par le groupe Bolloré en début d'année pour avoir écrit et relayé une enquête parlant de l’accaparement des terres.

Contre toute attente, cette fois ci c'est le « pot de terre » qui a gagné face au « pot de fer ». Malgré ses milliards, ses avocats triés sur le volet et toute l'influence qu'un tel individu peut posséder, le site de médias alternatif Bastamag, ainsi que d'autres journalistes et blogueurs liés à cette plainte ne seront p...

Pas besoin ici d'introduction superflue tant les exactions du groupe Bolloré sont monnaie courante en Afrique, à l'instar de Bernard Henri Lévy ou de bien d'autres « bienfaiteurs » pour qui piller un pays en voie de développement en échange d'une poignée de cacahuètes ne pose pas le moindre problème !

Comme d'habitude, aucun tapage médiatique ne viendra dénoncer ce vautour, et encore moins une de ses nombreuses sociétés, dont Bolloré Africa Logistics, qui sévit dans 41 pays : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire (Sitarail), Djibouti, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée équatoriale, Kenya, Libéria, Mali, Madagascar, Malawi, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, Ré...