Recherche du mot clé « biopiraterie » (3 résultats)

De plus en plus de produits « naturels » contenant de la stévia arrivent sur le marché. Pourtant, contrairement aux dispositions prévues par la Convention sur la biodiversité, les peuples Guarani du Paraguay et du Brésil, qui ont découvert les vertus édulcorantes de cette plante, ne bénéficient pas des retombées économiques de leur savoir ancestral...

Connaissez-vous la stévia ? Cette petite plante d’Amérique du sud a l’étonnante capacité de donner un goût sucré aux aliments, sans avoir les inconvénients du sucre, source d’hypertension, d’obésité ou de diabète. Cultivée depuis plusieurs siècles par le peuple guarani, qui vit des deux côtés de la frontière entre le Paraguay et le Brésil, la stévia connaît depuis quelques années un véritable succès mondial. La demande pour des produits nat...

Les brevets déposés sur les végétaux font l'objet d'une compétition acharnée entre multinationales. Conséquences : un paysan mexicain peut être, d'un point de vue légal, condamné à devoir des royalties à une entreprise américaine pour cultiver les haricots de ses ancêtres. Face à la « colonisation des savoirs », la députée européenne Catherine Grèze (EELV) appelle à la pleine reconnaissance des droits des peuples autochtones.
 
Dans une forêt reculée, des Indiens accueillent, amusés, un touriste de passage qui, les yeux ronds, découvre les plantes et autres baies miraculeuses qui soignent les maux de cette communauté. Puis il repart, quelques échantillons en poche. L'homme n'a rien d'un touriste et, une fois de retour dans son laboratoire, dont les robots peuvent étudier jusqu'à 100.000 é...

Vandana Shiva, en Inde, se bat depuis 25 ans pour préserver les semences et lutter contre les multinationales qui tentent de s'en emparer en brevetant le vivant. Invitée par l'association Kokopelli pour le festival, elle a donné le ton dès ce premier jour.
 
« Je suis heureuse d'être là avec vous aujourd'hui, dans ce paysage magnifique de montagnes. J'ai la chance et l'honneur d'être accompagnée ici par mon fils Kota, dont le nom signifie dans ma langue « le dieu des guerriers » et qui voyage très rarement avec moi.
 
Depuis que mon fils est entré dans ma vie, j'ai compris une leçon fondamentale : l'amour le plus profond permet de mener les batailles les plus féroces. C'est parce que nous aimons profondément notre terre que nous nous battons pour la défendre et défendre la vie. La semence e...