Recherche du mot clé « page-17 » (86 résultats)

Sept personnes détenues à Guantanamo depuis 10 ans et jamais inculpées viennent de voir la Cour suprême, abandonnant sa propre jurisprudence, refuser d'examiner leur cas.
 
Ils sont sept détenus de Guantanamo, répondant aux noms de Latif, Al-Bihani, Uthman, Almerfedi, Al-Kandari, Al-Madhouani et Aloui. Ils sont détenus depuis des années - entre sept et dix ans - et vous vous doutez bien que leur cas sont graves et les charges accablantes. Eh bien non, et c'est tout le problème. Leurs dossiers sont vides. Rien de rien de rien. Même pas le moindre indice pour justifier qu'une inculpation montrant un lien quelconque avec un groupe terroriste. Pas d'accusation, mais l'administration Obama estime qu'il faut les garder en détention à vie. C'est un scandale absolu : les autorités militaires ell...

La face cachée de Barack Obama, dépeint dans un livre-choc en "tueur" déterminé au nom de la lutte anti-terroriste.
 
Avec d'abord le portrait d'un redoutable tueur en série...
 
Il n'a qu'une obsession : liquider. En presque quatre ans, il a déjà des dizaines de morts sur la conscience, sans doute plus. C'est un tueur redoutablement intelligent et organisé : avant de choisir une cible, il l'étudie soigneusement, et même dit-on avec un soin maniaque.

Ce psychopathe suit toujours le même rituel macabre : sur son bureau, il étale un jeu de cartes, on les appelle "les cartes de baseball". Sur chacune de ces cartes qui sont en fait des fiches, une biographie plus ou moins détaillée, une photo. Le bureau sur lequel sont posées ces fiches mortelles n'est pas n'importe quel bureau, il est sans do...

Le président américain Barack Obama a ordonné les cyberattaques avec le malware Stuxnet contre l'Iran pour ralentir le développement du programme nucléaire du pays, selon un article publié dans The New York Times. Le journal, citant des sources anonymes, a rapporté que, dans les premiers jours de sa présidence, M. Obama a accéléré le projet connu sous le nom de code Olympic Games et initié par l'administration de George W. Bush. Le ver Stuxnet, depuis longtemps officieusement attribué à Israël ou aux Etats-Unis, a frappé les ordinateurs iraniens à la mi-2010 avant de se disséminer à travers l'Internet.
 
Le président Obama a envisagé de stopper les cyber-attaques après que Stuxnet ait commencé à compromettre d'autres ordinateurs, mais, selon le NY Times, il a décidé de poursuivre le progr...

Depuis la parution, le 16 mai, de l'article du Washington Post sur un afflux d'armes aux forces d'opposition syriennes, le projet du gouvernement Obama d'une guerre par procuration contre la Syrie est devenu encore plus évident.
 
Le Post a dit que parvenait aux opposants « une quantité nettement plus importante d'armes plus puissantes, financée par les pays du Golfe persique [Arabie saoudite et Qatar] et coordonnée en partie par les Etats-Unis, » sur la base d'une perspective selon laquelle « l'expansion d'une confrontation armée était inévitable. »
 
L'Arabie saoudite et le Qatar ont envoyé des armes avec l'approbation de Washington qui jouit de « vastes contacts avec les forces d'opposition pour procurer aux pays du golfe des évaluations de la crédibilité des rebelles et de l'infrastruct...

D'après une source proche du dossier consultée par l'Executive Intelligence Review (EIR), plusieurs hauts responsables de la justice et des services de renseignement américain s'accordent pour reconnaître le bienfondé des accusations de John Cruz à l'encontre de HSBC (lien). Cruz, qui fut le vice-président de cette banque britannique à New York, a accusé son ex-employeur de se livrer à grande échelle au blanchiment d'argent sale de la drogue.

Selon cette source, un nombre « significatif » d'accusations lancées par Cruz se sont avérées exactes, après que plusieurs documents fournis par ce dernier aux autorités fédérales aient été vérifiés.

HSBC aurait notamment mis en place des comptes bancaires fantômes à travers lesquels pas moins de 1000 milliards de dollars de profits provenant du ...