Recherche du mot clé « aval du Congrès » (3 résultats)

Le président Obama a précisé sa doctrine stratégique à West Point. Dans son discours, il a réaffirmé la toute-puissance militaire des États-Unis, alors que ceux-ci sont dépassés techniquement à la fois par la Russie et par la Chine.
 
Incapable d'affronter Moscou, il a passé la perte de la Crimée sous silence et a préféré désigner le seul ennemi qui vaille : la tactique du terrorisme. Alors que des camps d'Al-Qaïda sont installés dans des pays sous occupation de l'Otan, voire membres de l'Otan, il a annoncé un vaste programme pour les combattre. Enfin, il a réitéré son soutien à « l'opposition syrienne » et promis qu'il ne manquerait pas de lui apporter de l'aide... lorsqu'il parviendra à obtenir l'aval du Congrès.
 
Le président Obama a prononcé, le 28 mai, un important discours précisant...

Barack Obama a dû proposer d'amender sa loi sur la réforme de santé, entrée en vigueur en octobre, suite aux plaintes de citoyens dont les contrats d'assurance ont été résiliés car ils ne répondaient pas aux critères d'Obamacare.
 
C'est un nouveau coup dur pour Barack Obama dans la mise en place de l'Obamacare, victime d'un lancement houleux depuis le 1er octobre. Le président américain a accepté ce qu'il avait toujours refusé de faire jusqu'à présent, à savoir amender le pilier de son programme de réforme de santé, qui a résisté par le passé à plus de trois ans d'assauts parlementaires.
 
En cause : la situation d'environ 5 % des Américains, qui sont assurés pour leur santé auprès d'assureurs privés, et dont les forfaits d'assurance ont été résiliés car ils ne rentraient plus dans les cr...

Si Barack Obama venait à déployer des troupes américaines en Syrie sans l'aval du Congrès - ce qu'il avait fait en Libye - il serait immédiatement destitué ; c'est le message qu'ont fait parvenir les députés Walter Jones et Charles Rangel lors d'une conférence de presse à Washington le 19 décembre dernier. L'événement, auquel ont participé deux anciens officiers du renseignement militaire américain, était modéré par Jeffrey Steinberg, du magazine de stratégie fondé par Lyndon LaRouche, l'Executive Intelligence Review (EIR).
 
Walter Jones, député républicain de Caroline du Nord, est l'auteur de la Résolution HCR 107 cosignée par 13 autres députés républicains et démocrates ; elle appelle à la destitution du Président américain en cas de violation de la loi sur les pouvoirs de guerre accor...