Recherche du mot clé « article 49.3 » (3 résultats)


Oui, vous lisez bien. J'ai tout d'abord cru à un article du site satirique Le Gorafi, mais à ma grande stupeur, il n'en est rien. Manuel Valls prétend vouloir supprimer l'article 49.3... Mais pas totalement !

Rendons tout d'abord à César ce qui lui appartient, le « big boss » du 49.3 reste à ce jour Michel Rocard avec 28 utilisations en 37 mois de mandat. Viennent derrière lui Édith Cresson avec 8 utilisations, 7 pour Pierre Mauroy, 6 pour Manuel Valls, 4 pour Laurent Fabius, et enfin 3 pour Pierre Bérégovoy.

Manuel Valls qui donc, prétend vouloir supprimer l'article 49.3 après y avoir recouru systématiquement pour le passage en force, et donc anti-démocratique, de la Loi travail, unanimement dénoncée par l'ensemble de la population (excepté par le patronat bien sûr). Face à telle déc...

Une nouvelle fois le dicton « jamais deux sans trois » semble devoir se vérifier, ce qui signifie que le dossier concernant la Loi travail va se voir gratifier pour la troisième fois de l'invocation à l'article 49.3 de la Constitution, prouvant encore une fois s'il en était besoin que nous sommes bien entrés sous un régime dictatorial, et non démocratique comme aiment à le penser une majorité de doux rêveurs.

Le Sénat (majoritairement de droite) va rejeter dans son intégralité et sans débat le texte du projet de Loi Travail de Myriam El Khomri Bruxelles. Elle estime en effet que « Ni le gouvernement ni l’Assemblée n’ont tenu compte du long débat fructueux au Sénat lors de la première lecture, et que dans ces conditions, ce n’est pas la peine de refaire le débat ».

Ce qui pourrait s'an...


Dans un déni de démocratie sans précédent en France, Herr general wallz a utilisé pour la quatrième fois en deux ans l'article 49.3 afin de faire passer en force la réforme du Code du travail. Bien qu'ayant été utilisé 68 fois depuis 1981 (dont 54 fois par des Premiers ministres de gauche ! - source), jamais il n'a été utilisé si systématiquement et contre une si forte opposition, tant au parlement que dans la rue.

Un maigre espoir subsiste, puisque les députés LR et UDI ont déposé une motion de censure du gouvernement, après l’annonce, auquel se joint le Front de gauche ainsi que des frondeurs du PS (que le gouvernement aurait menacés d'exclure du parti de la kommandantur). Bien que cette motion de censure puisse faire tomber le gouvernement (Article 50 de la Constitution), cette motion...