Recherche du mot clé « accident nucléaire » (11 résultats)

Si la catastrophe de Tchernobyl est de nos jours connue de tous, au même titre que la révoltante propagande véhiculée par ordre du gouvernement français de l'époque déjà acoquiné avec l'industrie du nucléaire, et ce en totale collaboration avec les médias (comme quoi rien ne change), la plupart d'entre-nous pensent aujourd'hui à tort que les conséquences de ce drame est derrière nous.

La réalité est malheureusement toute autre, et au delà des premières conséquences mesurables quelques temps après la tragédie, il aura fallu plusieurs décennies pour qu’on puisse commencer à mesurer ses effets réels. C'est ce que nous révèle le témoignage de Youri Bandajevsky, le premier scientifique à s'inquiéter et s'impliquer dans l'étudier des effets de cette catastrophe aux terribles retombées.

Merc...

Nouvel épisode de frayeurs au Japon, alors que les traumatismes liés au drame de Fukushima sont encore dans les mémoires des habitants, et que les vomissements radioactifs de la centrale du même nom continuent d'êtres occultés par les médias.

Frayeurs justifiées à plus d'un titre, car ce que ne mentionnent pas ces médias, c'est que les séismes survenus depuis hier se situent non loin d'une vaste caldeira volcanique de 23 km de large, située au sud de l'île de Kyushu ! Une étude universitaire datant de 2014 indique même que la quasi totalité de la population du Japon est exposée à un risque majeur d'éruption volcanique catastrophique qui pourrait survenir à tout moment.

L'un des auteurs de l'étude a même déclaré :

Il n'est pas exagéré de dire qu'une éruption volcanique colossale pourr...

Depuis le 5 février 2014, un accident nucléaire de grande ampleur - qui pourrait être un prélude à une catastrophe nucléaire - est en cours au centre de stockage profond de déchets radioactifs au Nouveau Mexique (USA).
 
Un incendie dans la zone nord puis, 9 jours plus tard, un relâchement de radioactivité dans la zone sud se sont produits au WIPP (Waste Isolation Pilot Plant) qui est prévu pour entasser 176.000 m3 de déchets transuraniens contenant notamment de l'Américium et du Plutonium, issus d'activités nucléaires de défense (recherches militaires et production d'armes nucléaires). Un ou plusieurs containers se sont ouverts, à 655 mètres sous terre, suite à une explosion d'origine chimique. La radioactivité la plus terrible - Plutonium, Americium - s'est échappée et s'échappe encore...

L'Ukraine risque d'être le théâtre d'une catastrophe comparable à celle de Tchernobyl si ses centrales nucléaires de conception soviétique utilisent du combustible américain, a déclaré vendredi l'Union internationale des vétérans du nucléaire civil.
 
Les experts du nucléaire civil ont qualifié d'« irresponsable et cynique » la décision de Kiev de proroger jusqu'à 2020 l'accord entre le groupe Energoatom, opérateur des quatre centrales nucléaires du pays, avec la société américaine Westinghouse sur la livraison de combustible pour trois réacteurs nucléaires ukrainiens.
 
« Cette décision est cynique parce qu'elle a été prise à la veille du 28e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, qui a été elle-aussi le résultat d'une expérience irresponsable sur un réacteur en service. On met en ...

La construction à Marcoule du réacteur Astrid se prépare discrètement, et c'est cette année que l'Etat doit donner pour cela le feu vert. Or, il s'agit d'un réacteur destiné à relancer la filière plutonium, de la taille de près d'un demi Superphénix.
 
C'est très grave, il ne faut pas laisser faire. Six semaines après son élection, le président François Hollande aurait signé l'autorisation de poursuivre l'étude préliminaire à la construction du réacteur ASTRID, décision passée presque inaperçue, mais d'importance considérable.
 
Quel est l'enjeu ? La relance de la filière plutonium-sodium suite à Phénix et Superphénix, par la construction d'un réacteur dit de IVe génération ou surgénérateur, ou encore réacteur à neutrons rapides (RNR), avec comme combustible du plutonium associé à l'uranium...