Recherche du mot clé « Slaviansk » (8 résultats)

Histoire de contrebalancer les fausses informations propagées par les médias de Kiev au sujet de « l'aide » prétendument fournie par les services de sécurité ukrainiens à la population civile des zones « libérées » du bassin du Donets, voici le récit d'un témoin oculaire - retraité militaire de Kramatorsk - Alexeï Dmitrievitch :

« Ce qui se passe est un génocide à cent pour cent de la population des républiques populaires de Donetsk et Lougansk. Les infrastructures de fourniture d'eau, de gaz et d'électricité sont détruites. Le problème de l'approvisionnement en eau est devenu particulièrement douloureux. Nous avons un canal qui fournit une partie importante du bassin du Donets avec de l'eau de la Severskiy Donets (rivière), y compris Donetsk, Slaviansk, Kramatorsk et d'autres localité...

A court d'arguments ou d'idées pour alimenter la diabolisation de « l'agresseur russe », les agences officielles de presse sombrent dans le ridicule dans leurs récentes dépêches. Ne riez pas, c'est avec votre argent, et ils se moquent ouvertement de vous.
 
On apprend dans ces « informations » que la Russie aurait soudainement renoncé à sa stratégie de ne pas répondre aux provocations américaines - stratégie intelligemment menée par Poutine et Lavrov depuis le début du conflit en vue de ne pas envenimer la situation -, en envoyant délibérément 3 malheureux chars en Ukraine en vue d'aider les vilains « terroristes » séparatistes de l'est. Cette propagande est bien évidemment soutenue par le nouveau président ukrainien qui peut ainsi espérer un soutien supplémentaire de la part de Washingto...

La situation en Ukraine est loin d'être réglée, et l'élection présidentielle qui doit y avoir lieu demain ne va que jeter de l'huile sur le feu, puisque le gouvernement illégitime actuel de Kiev a organisé la répression de toute opposition à l'intégration européenne ! C'est beau la démocratie...
 
L'armée officielle ukrainienne a récemment sorti l'artillerie lourde pour pilonner les villes de Lougansk et Donetsk, avouant ainsi leur incapacité à dominer la résistance par manque d'effectifs. Un manque du aux multiple désertions des soldats refusant de tirer sur le peuple qu'il s'étaient jurés de défendre, quand ils ne sont pas fusillés pour refus d'obéissance ou pour avoir déposé les armes.
 
Les milices cosaques ne sont de plus pas les seules à soutenir concrètement les insurgés pro-russes, ...

Ce matin à 6:00 les troupes dépendant de la clique au pouvoir à Kiev ont déclenché une nouvelle phase dans l'opération terroriste qu'elles mènent. Une offensive a commencé dans la région de Lugansk, à Lissitchansk, précisément. Du matériel lourd est passé à l'attaque. Un pont a sauté dans le district de Severo Donetsk, mais les forces armées de la République de Lugansk tiennent bon et l'offensive a été arrêté dans les faubourgs de la ville.
 
Une opération d'ouverture de la frontière avec la Russie, au poste de « Stanitsa Luganskaïa » dans la région de Lugansk a échouée hier soir. Les gardes-frontières étaient supérieurs en hommes et en armes face au détachement d'une trentaine d'hommes déployé par l'armée de la République de Lugansk. D'ailleurs, le tenue de la frontière est le point fort...

Alors que la propagande occidentale « anti-russe » bat son plein, faisant un douteux amalgame de « méchants russes » et de « terroristes de l'est », tout en instaurant une omerta sur la réelle situation militaire en Ukraine, les évènements nous sont présentés de manière simpliste par la vision de l'oeil occidental.
 
Mais après avoir constaté de nombreuses désertions au sein de l'armée nationale en charge d'éradiquer le mouvement de résistance de l'est, quel est l'état d'esprit des militaires de l'armée de Kiev, a qui l'on donne la mission ingrate de tirer sur le peuple ? Voici le témoignage de la journaliste Marina Akhmedova, qui a passé trois jours dans le camp militaire ukrainien de la ville d'Izioum, dans la région de Kharkiv. Vous allez voir que la situation est bien plus dramatique ...