Recherche du mot clé « Raúl Castro » (3 résultats)


Les heures s'égrènent, les jours passent, et face à une actualité toujours plus déprimante, l'envie d'écrire s'est absentée momentanément. Je ne pouvais cependant pas faire l'impasse sur une nouvelle aussi forte qu'importante, et je me joins à mes confrères afin de rendre un hommage au révolutionnaire anti-colonialiste qu'était Fidel Castro, décédé le 25 novembre 2016.

Si certains lecteurs de l'histoire bien-pensante seront heureux de célébrer la disparition d'un « dictateur », bien d'autres - tout comme moi - seront en peine de voir disparaitre le leader historique de l'insurrection qui renversa le dictateur Batista et rendit à son pays sa liberté, dignité et souveraineté face à l'impérialisme américain.

Ce révolutionnaire qui avait pour idéal d'éradiquer inégalités et discrimination...


La récente visite à Cuba du président américain Obama et du dégel des relations entre les deux pays ont fait la une des médias officiels, mais après presque 90 ans d'embargo et de rupture de relations diplomatiques, et ne pouvant ignorer le fait que pour l'occident, tout rapprochement politique ne saurait être dissocié d'intentions géopolitiques stratégiques ou financières, quelles sont les réelles intentions des États-unis vis à vis de Cuba ?

Selon moi, les raisons de ce rapprochement sont multiples, et bien évidemment non dénuées d'intérêts. En premier lieu, la maison blanche doit subir de fortes pressions du lobby pétrolier, particulièrement après que Cuba se soit déclaré ouverte à « tous types d'affaires » avec les compagnies pétrolières américaines en vue exploiter ses réserves na...

Les lobbyistes ont décidément du soucis à se faire, après les interdictions d'importation d'OGM (Monsanto) de certains pays, dont récemment la Russie, c'est au tour de l'industrie pharmaceutique d'être délaissée par des pays qui affichent clairement leur politique antimondialiste.
 
C'est ainsi que la Bolivie et Cuba ont décidé conjointement de glisser une magnifique quenelle à Big pharma et sa mafia pharmaceutique en se passant désormais de leurs « services » ! Un grand bravo à eux, en espérant que cela inspire d'autres pays à s'émanciper d'une industrie parasite dont l'unique but est le profit, et ce au détriment de la santé. Le veilleur
 
Le président Evo Morales et son homologue de Cuba, Raúl Castro, se sont donc mis d'accord pour fabriquer des médicaments dans la nation andine et cesse...