Recherche du mot clé « Pyelito Kue » (3 résultats)

La police brésilienne a démantelé une compagnie de sécurité de triste notoriété accusée d'avoir assassiné au moins deux leaders guarani et d'en avoir brutalement agressé des centaines d'autres.
 
Gaspem a été qualifiée de « milice privée » par le procureur général qui demandait son démantèlement l'an dernier. Des éleveurs auraient versé à Gaspem la somme de 30.000 reais (environ 10.000 euros) pour chaque expulsion réussie de communautés guarani dont les terres ancestrales sont aujourd'hui occupées par des fermes et des plantations de canne à sucre et de soja.
 
Aurelio Arce, le patron de la compagnie, a été arrêté en 2012 à propos de l'assassinat du leader guarani Nísio Gomes. Les Guarani exigent le démantèlement de cette compagnie depuis plusieurs années. Grâce à la campagne que Survival m...

De temps en temps, une bonne nouvelle fait plaisir à apprendre, particulièrement dans le cas présent ou il s'agit de la survie d'une tribu pacifique qui était menacée d'expulsion manu-militari de leur territoire ancestral, lieu ou de nombreuses générations de Guarani-Kaiowá ont vu le jour, et ou leurs ancêtres reposent. Le combat n'est pas terminé, et vous pouvez continuer de les soutenir. Je vous livre l'information :
 
MERCI A TOUS ! Nous venons d'apprendre que le Tribunal Régional Fédéral de la Troisième Région, à São Paulo, a suspendu l'opération d'expulsion des Indiens Guarani-Kaiowá de Pyelito Kue, répondant ainsi à la demande de la Fondation Nationale des Indiens (Fundação Nacional do Índio- FUNAI). Pour les militants et les indiens, ce n'est qu'une solution d'attente, et les relat...

En réaction à cette décision infamante, nous vous proposons le texte d'une lettre ouverte de la communauté Guarani-Kaiowá. Dans cette déclaration poignante, leur communauté exprime sa détermination à vivre et mourir sur leurs terres.
 
Nous, 50 femmes, 50 hommes et 70 enfants, des communautés Guarani-Kaiowá originaires de tekoha Pyelito kue/Mbrakay, présentons par cette lettre notre situation historique et notre décision face à l'ordre d'expulsion exprimé par la Justice Fédérale de Navirai (Mato Grosso do Sul), dans le procès nº 0000032-87.2012.4.03.6006 du 29 septembre 2012.
 
Nous avons été informés que nos communautés seront attaquées, violentées et expulsées de la berge de notre rivière par la Justice Fédérale de Navirai elle même. Il est ainsi évident pour nous que l'action de la Just...