Recherche du mot clé « Olympic Games » (3 résultats)

Cet ex-numéro deux de l'état-major américain des armées est dans le collimateur de la justice. Il serait la source des révélations sur le virus informatique Stuxnet qui a paralysé le programme nucléaire iranien en 2010.
 
La nouvelle a de quoi faire trembler le Pentagone. Un général quatre étoiles à la retraite est soupçonné par la justice d'être à l'origine des fuites concernant une cyberattaque américano-israélienne qui visait le programme nucléaire iranien. Or, James Cartwright, le suspect, a été numéro deux de l'état-major américain des armées entre 2007 et 2011, date à laquelle il a pris sa retraite. Selon la chaîne NBC News, qui s'appuie sur des sources judiciaires anonymes, l'homme âgé de 63 ans vient d'être averti de l'ouverture d'une procédure à son encontre pour violation de l'E...

Pour organiser les Jeux Olympiques, le CIO a obligé Londres à se plier à des règles drastiques et à signer un contrat lui octroyant les pleins pouvoirs : lois d'exception, police privée, contrôle des médias, fermeture de commerces, tweets et pages Facebook sous contrôle, police du langage et de l'habillement?
 
Dans une précédente chronique, intitulée ACTA (lien), la preuve que l'enfer reste pavé de bonnes intentions?, j'avais expliqué pourquoi ce qui était présenté comme un accord "commercial" offrant à tout pays intéressé un cadre juridique commun de "lutte contre la contrefaçon et le piratage", pouvait être à la fois la meilleure et la pire des idées. Le Comité International Olympique (CIO), à l'occasion des Jeux 2012, nous offre un aperçu saisissant des conséquences que pourrait avoir...

Le président américain Barack Obama a ordonné les cyberattaques avec le malware Stuxnet contre l'Iran pour ralentir le développement du programme nucléaire du pays, selon un article publié dans The New York Times. Le journal, citant des sources anonymes, a rapporté que, dans les premiers jours de sa présidence, M. Obama a accéléré le projet connu sous le nom de code Olympic Games et initié par l'administration de George W. Bush. Le ver Stuxnet, depuis longtemps officieusement attribué à Israël ou aux Etats-Unis, a frappé les ordinateurs iraniens à la mi-2010 avant de se disséminer à travers l'Internet.
 
Le président Obama a envisagé de stopper les cyber-attaques après que Stuxnet ait commencé à compromettre d'autres ordinateurs, mais, selon le NY Times, il a décidé de poursuivre le progr...