Recherche du mot clé « Minority report » (5 résultats)


A l'image du film « Minority Report », nous nous dirigeons vers un état policier ou la surveillance globale sera généralisée, et ou des outils de plus en plus affutés viendront s'ajouter aux technologies d'écoute et d'observation déjà reconnues.

Bien entendu, la prédiction des crimes (ou assimilés comme tel par la justice) est un objectif qui peut paraître utopique aux yeux de monsieur tout le monde, mais c'est sans compter sur les nouvelles technologies aux possibilités accrues (miniaturisation, puissance de calcul, stockage des données) qui ne cessent de voir le jour et de s'améliorer.

Nous avions déjà vu que le scénario du film cité plus haut est un projet de la DARPA, qu'un logiciel chargé de prédire les délits avait vu le jour sous le nom de « PredPol », qu'un homologue s'était invi...

Je n'ose même pas imaginer toutes les dérives qui vont s'en suivre ! Si vous ajoutez le croisement de données entre celles de la police et celles des réseaux sociaux (Facebook, twitter, etc), vous pourrez oublier définitivement le concept de « vie privée ». A l'heure ou des organismes tels que l'Urssaf, Pôle emploi, et bien d'autres (employeurs par exvérifient vos statuts et publications disponibles sur vos profils publics et s'en servent à leur avantage (pénalités, radiations, plaintes, etc.), je vous laisse imaginer ce qu'en feront les forces de l'ordre qui obéissent à l'establishment.
 
Cette expérimentation se déroule aux états unis pour le moment, mais combien de temps avant que cela n'arrive jusque chez nous ? Le veilleur
 
La ville de New York a déjà acheté quelques modèles de Go...

En projet depuis 2010, et plus récemment, traité dans un article du veilleur en juillet 2012, la police de Los Angeles avait pour objectif de faire baisser la criminalité en utilisant un logiciel baptisé « predictive policing » ou « predpol » qui prétendait localiser en temps réel les zones où le risque d'infraction est le plus élevé. Ce logiciel semble être désormais en fonction dans certaines villes.
 
Si le but est louable, les pires dérapages sont à craindre dans l'avenir ! Que se passera il par la suite si le logiciel est estimé fiable ? Pouvons nous un jour craindre que le scénario du film « minority report » devienne réalité, et que des personnes soient inculpées avant même d'avoir commis une infraction ?
 
Le veilleur

Santa Cruz, en Californie, août 2012. Il est 12 h 30. Un polic...

Ce projet de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency - wiki) est directement lié à « TrapWire », qui est un énorme système d'espionnage et de surveillance globale qui utilise des caméras disposées partout, la reconnaissance faciale, et les données recueillies via les réseaux sociaux !

Si la DARPA à par le passé généreusement contribué à certaines technologies actuelles utilisées dans notre quotidien (internet, positionnement GPS...), elle s'est depuis de nombreuses années résolument orientée vers des équipements militaires et/ou liés à la défense, mais aussi à l'équipement militaire destiné à des opérations à but clairement guerriers. En ce qui concerne la partie défense, on peut légitimement se poser la question « à qui profite cette défense ? ». (Note : Merci à Folamour de ...

Ici pas de précog, ces êtres doués de prescience comme dans Minority Report, la nouvelle de Philip K. Dick, dont Steven Spielberg a tiré un film, mais des données. Beaucoup de données. La police de Los Angeles tente en effet de faire baisser la criminalité en utilisant un logiciel baptisé "predictive policing" ou "prepol" qui prétend localiser en temps réel les zones où le risque d'infraction est le plus élevé, rapporte le San Francisco Chronicle (lien).
 
Basé sur le fonctionnement des logiciels de prévention des séismes, le système, qui s'actualise en temps réel sur la base de multiples données dont la police ne dévoile pas le détail, indique aux patrouilles dans quel endroit se rendre. Des endroits baptisés "hot spot", comme on peut le voir dans le reportage de la chaîne CBS (lien vidé...