Recherche du mot clé « Lavrov » (16 résultats)


Vous l'aurez sûrement remarqué, les médias officiels contribuent depuis quelques temps à augmenter considérablement le climat de terreur ambiante en brandissant la menace d'un affrontement nucléaire entre les deux « éternel rivaux », à savoir les États-Unis et la Russie. Mais qu'en est-il réellement ?

Bien que cela n'ait pas toujours été le cas, et malgré le fait que rien ne puisse plus me surprendre venant de la part des exterminateurs patentés que sont les États-Unis, j'ai du mal à adhérer à une hypothétique guerre nucléaire entre les deux blocs, du simple fait qu'en aucun cas il ne pourrait y avoir de « vainqueur », mais ce n'est que mon analyse personnelle, et elle ne rejoint pas forcément la « logique » guerrière washingtonienne.

Quoiqu'il en soit, la situation vient d'évoluer danger...

Alors que la liste énorme des ennemis de l'occident et de l'empire américain s'agrandit, notre ami Vladimir Poutine agrandit quant à lui son cercle d'amis. Cette fois-ci, cela concerne Cuba, avant poste hautement stratégique que redoutent les Etats-Unis comme l'a déjà montré l'histoire des missiles cubains. Un contre-pied, et non des moindres à l'ingérence occidentale en Ukraine. Le veilleur

La Russie effacera 90% de la dette cubaine avant la visite du président Vladimir Poutine à Cuba, écrit vendredi le quotidien RBC Daily.
 
Jeudi le gouvernement a transmis à la Douma un projet de loi concernant la ratification des accords intergouvernementaux avec l'île, selon lesquels ce pays latino-américain serait libéré de 90% de sa dette envers la Russie, soit 31,7 milliards de dollars sur un total...

A court d'arguments ou d'idées pour alimenter la diabolisation de « l'agresseur russe », les agences officielles de presse sombrent dans le ridicule dans leurs récentes dépêches. Ne riez pas, c'est avec votre argent, et ils se moquent ouvertement de vous.
 
On apprend dans ces « informations » que la Russie aurait soudainement renoncé à sa stratégie de ne pas répondre aux provocations américaines - stratégie intelligemment menée par Poutine et Lavrov depuis le début du conflit en vue de ne pas envenimer la situation -, en envoyant délibérément 3 malheureux chars en Ukraine en vue d'aider les vilains « terroristes » séparatistes de l'est. Cette propagande est bien évidemment soutenue par le nouveau président ukrainien qui peut ainsi espérer un soutien supplémentaire de la part de Washingto...

Le nouveau président Porochenko « démocratiquement élu », ou si vous préférez, le nouveau pion occidental au service de l'Otan, commence très mal son mandat en défiant la Russie !
 
L'oligarque Piotr Porochenko, qui « semble avoir remporté la présidentielle en Ukraine » a évoqué lundi devant les journalistes à Kiev le règlement du « problème criméen » parmi les grandes priorités de sa future présidence.

Il a déclaré à cette occasion
 
« qu'il ne reconnaissait pas la Crimée comme partie intégrante de la Russie », et a annoncé son « intention de créer un ministère spécial pour la Crimée en charge de la restitution de la péninsule à l'Ukraine par le biais des textes internationaux »
Il ajoute que
 
« La résolution du « problème criméen » figurera parmi les priorités de travail du président et de...

Parmi les sujets d'actualité brûlants, les noms de pays revenant le plus souvent sont la Syrie, l'Iran, le Venezuela, l'Ukraine, mais le Sahel et l'Algérie sont bien moins souvent évoqués, pourtant, ces régions méritent qu'on s'attarde sur ce qui s'y déroule. Merci à Seraghni Laid pour m'avoir proposé cet excellent article :-) Le veilleur
 
L'Occident principalement la France cherche toujours à avoir une mainmise sur les anciennes colonies africaines notamment celles riches en ressources minières telle l'Algérie qui contrairement à certains pays arabes, elle n'a pas été traversée par le blizzard printanier. Est-ce la bonne gouvernance depuis 1999 ou tout simplement la maturité du peuple Algérien de ne plus revenir aux années de braises ? Le 4e mandat de Bouteflika serait-il une source de ...