Recherche du mot clé « In vivo » (3 résultats)

Voilà, c'est officiel, alors que la souveraineté financière de notre pays ne nous appartient plus, nous découvrons maintenant que la voie législative est aux mains du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF).

Ca ne date pas d'aujourd'hui, mais la décision rendue par le Conseil d'Etat hier le met en lumière. Il ne fait aucun doute que notre dictateur de l'intérieur - Valls le haineux - doit jubiler, tout autant que le champagne doit couler à flots, mais tout n'est pas encore joué, car comme c'est évoqué dans le nouvelobs :
 
« Les voies de recours internes sont épuisées, mais les avocats de Dieudonné ont six mois pour saisir la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Et la décision du Conseil d'Etat ne tiendra pas. La France est déjà classée 3e pour les atteintes...


Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes... une hécatombe. Et une bombe pour l'industrie OGM.
 
C'est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine « Food and Chemical Toxicology » - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l'expérimentation menée par l'équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l'innocuité du maïs génétiquement modifié.
 
Lourdement toxique et souvent mortel
 
Même à faible dose, l'OGM étudié se révèle lourdement ...

Villefranche sur mer (Alpes-Maritimes) - (AFP) - Sortir du laboratoire pour aller constater in vivo, au fond de la Méditerranée, comment réagissent coquillages et plantes aquatiques face à l'acidification des océans due au CO2: une simulation inédite en Europe est en préparation près de Nice.
 
Des chercheurs vont déposer au fond de la rade de Villefranche-sur-mer une sorte d'aquarium rectangulaire en plexiglas où ils maintiendront, pendant plusieurs mois, les niveaux d'acidité attendus pour 2050 et pour 2100.
 
"On a beaucoup travaillé sur les organismes isolément, mais la nature, ce sont de nombreuses espèces. Pour essayer de prévoir l'océan en 2100, il faut voir comment la communauté d'espèces réagit", souligne Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au Laboratoire d'océanographie de...