Recherche du mot clé « GSK » (7 résultats)


L'information semble ne pas avoir fait grand bruit, traitant pourtant du sujet aussi délicat que controversé de l'obligation vaccinale que veut à tout prix nous imposer notre cher ministre de la santé, Mme Agnès Buzyn. L'article est daté du 31 août, mais il est vrai qu'entre les joutes verbales de Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, les avancées inquiétantes du « boucher » Assad face aux gentils terroristes soutenus par l'occident, le scandale sur le Levothyrox et autres, les conditions étaient réunies pour que cela passe inaperçu.

J'avais déjà en juin évoqué les liens d’intérêt entre la ministre de la Santé et l'industrie pharmaceutique, et je ne fut pas le seul. Évidemment, cela n'a pas pour autant perturbé la ministre ni ne l'a faite dévier de ses objectifs si prof...


Professeur de cancérologie et chirurgie digestive, ancien directeur du laboratoire de nutrition et de cancérologie expérimentale, et chef de service à l'Institut du cancer de Montpellier font partie de l’impressionnant curriculum vitae du Docteur Henri Joyeux. On peut donc sans trop prendre de risque avancer que nous n'avons pas affaire au premier rigolo venu.

Cela n'a pourtant pas empêché la chambre disciplinaire ordinale de première instance du Languedoc-Roussillon de radier le professeur Henri Joyeux de l'ordre des médecins, et ce à compter du 1er décembre 2016. Décision qui fait suite à une plainte du Conseil national de l'Ordre des médecins reprochant au professeur de vouloir « discréditer le mécanisme de vaccination préventive » dans une pétition en ligne.

Il faut dire que la pé...

La police chinoise a arrêté quatre cadres supérieurs du groupe britannique GlaxoSmithKline (GSK) en Chine, soupçonnés de corruption, d'infractions économiques « graves » et de délits fiscaux, ont rapporté lundi des médias officiels. Les quatre cadres arrêtés avaient respectivement des responsabilités dans les ressources humaines, les affaires juridiques, le développement commercial ainsi que dans la direction des opérations du groupe en Chine, a indiqué l'agence d'Etat Chine nouvelle.
 
L'agence ne précise pas leur nationalité, mais les quatre noms cités sont de consonnance chinoise. Selon le quotidien « Les Nouvelles de Pékin », plus d'une vingtaine de personnes - dont des fonctionnaires en lien avec les secteurs de la pharmacie ou des agences de voyage - ont été interpellées dans le cad...

Son nom chimique : la pseudoéphédrine. Les chimistes reconnaîtront sans peine qu'il s'agit là d'une amphétamine substituée avec un groupement hydroxyle et un groupement méthyle. En clair, la substance active des « antirhumes » n'est autre qu'une énième amphétamine cachée.
 
Ces « petits médicaments » de confort, vous les trouverez sous le nom de Dolirhume (Sanofi), Rhinadvil (Pfizer), ou encore Sudafed (GSK). Il en existe encore une liste longue comme un bras de la Seine. Ce sont tous ces « petits trucs » que l'on prend lorsque l'on a le nez qui coule un peu. Oui mais une amphétamine, ça n'a rien d'anodin.
 
Or, lorsque la presse a diffusé la « nouvelle alerte du Centre Régional de Pharmacovigilance de Toulouse » sur le sujet, elle a omis de préciser ce petit détail pharmacologique de rien ...

Vous avez entendu dire qu'un vaccin contre la grippe porcine crée des narcolepsies (lire « Risque accru de narcolepsie avec un vaccin contre la grippe H1N1 »), mais savez-vous pourquoi ? Voici l'explication de ce qui la provoque et la raison pour laquelle cela s'est produit. Le pire, pourtant, c'est que la narcolepsie n'est vraisemblablement qu'un hors-d'oeuvre.
 
Selon d'horribles informations récentes, en Suède et en Finlande, les vaccins antigrippaux déclenchent des narcolepsies chez les enfants. L'European Centre for Disease Prevention and Control a fait une étude approfondie et très prudente de l'épidémie et rapporte qu'elles sont, en fait, la conséquence de la vaccination.
 
Deux facteurs sont significatifs pour expliquer pourquoi ces deux pays ont ces graves épidémies de narcolepsie....