Recherche du mot clé « Ennahda » (2 résultats)

A Tunis hier, Mohamed Brahmi, député de gauche, a été assassiné. Onze balles tirées à bout portant... Il était un opposant déclaré d'Ennahda, et les accusations se tournent vers Ennahda...

Pourtant... Celui qui voudrait déclencher le soulèvement contre Ennahda et le processus révolutionnaire ne ferait pas autrement...

Cet assassinat est calculé pour frapper toute la Tunisie.
 
D'abord, c'est l'horreur devant la mort d'un démocrate, un vrai politique. Agé de 58 ans, il avait été élu député à Sidi Bouzid, le berceau de la révolution qui a renversé le régime de Ben Ali en 2011. Membre actif de l'Assemblée Constituante, c'était un homme en vue. Fondateur du Mouvement Populaire, Echaâb, il venait d'en démissionner ce 7 juillet, déclarant que sa formation avait été infiltrée par les islamistes,...

Le couvre-feu a été instauré à Tunis, mardi 12 juin, de 21 heures à 5 heures du matin, et dans sept autres gouvernorats du pays, à Ben Arous, Manouba, l'Ariana, dans la banlieue de la capitale, mais aussi à Sousse, Monastir, Jendouba, Médenine et dans la ville de Ben Gardane, près de la frontière libyenne.
 
Cette décision, prise par le premier ministre, Hamadi Jebali, peu avant 20 heures, fait suite à une soudaine flambée de violence au cours de laquelle des salafistes et des jeunes se sont affrontés aux forces de sécurité, faisant plus de 100 blessés, dont 65 parmi les policiers, selon un premier bilan établi par le ministère de l'intérieur.
 
En l'espace de vingt-quatre heures, des postes de police, des sièges de parti politique et celui de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UG...